Avant la Rentrée à l’UQAC, ne manquez pas le Festival Humanité!

13112640_1056557864423603_1606130559_o

Du 26 au 28 août sur la zone portuaire à la hauteur de la place du citoyen, venez assistez en grand nombre à la seconde édition du Festival Humanité!

Pour l’occasion, CEUCRadio devient RadioHumanité!

radio-humanite-logo-300x227

Écoutez une programmation spécial avec de la musique humanité, des entrevues et des présentations spéciales!!!

Au menu : Les Clowns Noirs – Vendredi dès 20h /// Le journaliste Frédérick Lavoie – Dimanche dès 10h30  // Marc-André Bédard récent docteur honoris causa de l’UQAC – 14h15 /// Et plusieurs, plusieurs autres beaux moments!

Écoutez-nous sur TuneIn à l’adresse : http://tunein.com/radio/CEUCRadio-s183685/

HORAIRE DU FESTIVAL

main-26-icone VENDREDI, 26 AOÛT 2016

16:00 ■ Mise en ondes de Radio-Humanité. Équipe de CEUCRadio (UQAC)
17:00
■ 5@7 de lancement

17:00 ■ Mots d’ouverture et cocktail

17:30 ■ S’engager pour la Planète. Conversation avec Karel Mayrand  (Fondation David Suzuki) 

19:00 ■ Présentation de l’Espace qu’on Crée. Linda-P. Bélanger et laChorale Humanité sous la direction de Caroline Tremblay
20:00 Déclamation des Droits de l’Humain. Par les Clowns Noirs et cie.
21:15 ■ Radio-Humanité en direct

 SAMEDI, 27 AOÛT 2016

JOURNÉE FAMILIALE
09:00 ■ Le Jardin de Rose, fable écologique. Par Marie-È. Desgagné et son équipe09:00 ■ Atelier de création théâtrale pour tous. Fabrication de marionnettes et préparation de la pièce.
11:00 ■ Présentation participative de la pièce.
11:45 Zumba Spécial Humanité. Par Salsa Nueva
MIDI Grand pique-nique. Présence de Jonathan Boies et de sa Machine à Poésie. (Apportez votre diner!)
12:15 L’Orchestre Bidon. Pour tous! Sous la direction de Pascal Bouchard
13:30 ■ La Fin de l’Économie. Conversation avec Ianik Marcil
13:30 Tout peut naître de la Terre. Atelier de figurines en terre glaise avec Linda-P. Bélanger
15:15 ■ La Beauté du Monde. Conversation avec Jean Bédard
15:30 Expérim’handicap. Pour tous! Animé par des personnes ayant un handicap.
16:45 Les Pas colorés. Danse sur toile. Par Linda-P. Bélanger et Salsa Nueva
17:15 ■ Grand souper communautaire (GRATUIT!). Par l’équipe de la chef Sabrina Adam.
18:15 Gumboot Liberation. Atelier de danse avec les Racines Gumboot.
SOIRÉE AUTOCHTONE
19:00 ■ Ndio.Kwe Aweti. Emprunter les mêmes sentiers ? La « commune humanité » par Guy Sioui Durand
19:20 ■ Kuei, je te salue. Conversation et poésie avec Natasha Kanapé Fontaine. Animé par Guy Sioui Durand.
20:45 ■ Le Bal des Rêves démasqués. Animé par Sophie Larouche
21:45 ■ Danse ton rêve. Avec la DJ MA’AM Chamanick (Anick Martel)
23:00 ■ Nuit des Hiboux (avec les Cadillac Dust et cie)

 DIMANCHE, 27 AOÛT 2016

09:00 Déjeuner en Paix (avec croissants, muffins, café, etc. Gratuit! Et gaufres belges sur place, à faible coût)09:15 ■ Radio des Enfants
10:00 L’Arbre de la Paix. Recherche collective intergénérationnelle pour faire grandir la paix.
10:30 10:30 ■ Chasse au Trésor : À la recherche de la paix perdue.10:30 ■ Ukraine à fragmentation. Entrevue Radio-Humanité avecFrédérick Lavoie.
11:00 Théâtre forum solidaire des « Trotteurs engagés ». Par Carrefour Jeunesse-Emploi Lac-St-Jean Est, Centre de Solidarité Internationale et Voix Actée.
12:30 12:30 ■ Quelle est la Valeur de l’Art ? Conversation publique entreMartin Bureau, Ianik Marcil et Guy Sioui Durand.12:30 ■ Corps et dessin en toute liberté, avec Linda-Pierre Bélanger
14:00 La Marche Élémentaire. Une marche dans le Centre-ville de Chicoutimi autour des 4 éléments. Avec Ballet-Synergie, l’ENAM et Robert Dupras.
15:30
Clôture du Festival Humanité 2016
  • Le Manifeste pour les Jours à Venir
  • Mots de conclusion et tirage
  • Chorale Humanité

Devenir Garou grâce au blogue de MC

Je suis devant mon écran d’ordinateur, mon salon est illuminé par un soleil éclatant, mon chat s’improvise dompteur de mouches, mais à deux cheveux d’en attraper une, il s’affale lourdement au sol accablé par la chaleur et le poids de son obésité morbide. J’ai chaud, Chaman, le chat sumo, a chaud, c’est le temps des vacances et je travaille trop devant cet écran d’ordinateur maudit. De ma fenêtre, je scrute l’horizon de montagnes et de bitume où roulent à cadence réduite des cyclistes désinvoltes armés de sacoches à vélos, à la recherche du temps perdu. Je chantonne doucement Bélanger : mais quand je roule à vélo, la tête dans les étoiles et dans le vide, le vent est doux, j'hallucine… Je roule à vélo, la nuit est claire, le chemin désert, je suis invincible, intouchable et immortel... 

À défaut de « vivre ma vie comme un gitan, gagner ma vie de l'air du temps, avoir la liberté pour drapeau, "Sans foi ni loi" pour credo », enfin à défaut de voguer librement dans la vie tel Garou… Je pars à l’aventure et je surfe sur les vagues des internets, de blogue de voyage en blogue de voyage, question de m’inspirer pour chevaucher une liberté quasi absolue à la fin de mes contrats de travail. Peut-être que… Pourquoi pas? Juste... Juste partir partout et nulle part à la fois.

Suivre MC en voyage solo

Okay. J’écris dans la barre de recherche de Google Chrome « blogue de voyage » et j’obtiens 605 000 résultats pour ces termes, j’angoisse. Je réfléchis alors et je me dis que si, j’espère trouver the best blogue de voyage dans cette jungle virtuelle, j’aurai encore le cul assis confortablement sur mon divan dans 50 ans, arthritique, vieille et fort probablement aveugle. Je vais plutôt naviguer sur Facebook, la vague est douce, qui sait ce que je pourrais découvrir. Ah! Une amie aime Le blogue de MC? Je glisse alors mon curseur,  clique sur le lien et me voilà dans son petit nid fictif acceptant de la suivre dans ses doux et parfois sportifs périples.

MC_portrait
Crédit photo: Dominique Lebel Photographe

MC pour Marie-Claude Paradis-Vigneault, est une bloggeuse originaire des Îles de La Madeleine, maintenant sédentarisée dans le grand et majestueux Saguenay-Lac-St-Jean. Avide de découvertes, elle voyage à pied, mais surtout à vélo et bien souvent en tant que solitaire sociable. Son blogue est un fourre-tout bien rangé où l’on retrouve ses intérêts pour la littérature, les sports, le voyage, le vélo et bien d’autres choses. Ses récits me parlent, s’adressant directement à moi dans une langue claire et spontanée m’invitant à enfourcher un vélo cheap pour rouler de Montréal jusqu’à New-York avec plus d’enthousiasme en poche que de cartes géographiques. À force de lecture dans son journal de bord virtuel, je m’interroge sur les motivations de ceux qui partent backpack solo en Europe, sur l’accessibilité réelle des voyages à vélo, sur le fait de voyager solo… Je prends alors la décision de contacter Marie-Claude, rien de mieux qu’une bonne discussion avec une passionnée de voyages, pour éclairer mes questionnements et me préparer à sortir de ma zone de confort.

Déconstruire les mythes

Les motivations à partir en solitaire à l’étranger sont plurielles aux parcours et aux personnalités de chacun. Lorsque Marie-Claude a quitté les Îles pour la première fois à 18 ans c’est le désir d’explorer sa propre identité (et apprendre l’anglais) qui l’amena à vivre 9 mois en Angleterre :


« Quand j’étais plus jeune, je faisais partie de plusieurs cercles d’amis, mais je savais, au fond de moi-même, que l’on a toujours tendance à faire des compromis sur nos valeurs et nos idées. J’avais alors la motivation d’être 100 % moi-même. Je savais alors que pour y arriver, je devais me retirer de mon milieu pour me retrouver dans un milieu où les gens n’ont pas d’attentes envers moi afin d’explorer différentes facettes de ma personnalité ».

Même si pour certains la quête identitaire est davantage liée au passage de l’adolescent à l’âge adulte pour M-C la volonté de se dépasser, le désir de sortir de sa zone de confort et la recherche de soi-même sont davantage liés à des étapes de vie qu’à des âges établis. Comme quoi la vie n’est pas une ligne droite, mais bien un parcours en zigzag l’être humain avance et recule librement.

mc_vélo
https://lebloguedemc.com/

Sachant que M-C a voyagé seule dans plusieurs pays – elle a parcouru à vélo la partie ouest de Cuba comptabilisant 735 km – je me demande pourquoi ne pas partager ces moments de dépaysement avec d’autres personnes. La réponse est toute simple, elle n’a tout simplement pas envie d’attendre après qui ce soit pour se lancer dans un projet. Elle saisit au vol les opportunités qui se présentent à elle plutôt que d’attendre tranquille à la maison. Certes, l’indépendance, d’esprit et d’action, a ses avantages! Faisant du pouce sur ses expériences à vélo, je lui exprime qu’à mon avis le cyclotourisme n’est pas un sport accessible à tous les portefeuilles. De même que le voyage. Est-ce réellement possible de voyager avec un budget léger surtout à vélo? Marie-Claude n’hésite pas une seconde en me racontant son deuxième voyage cyclotouriste de Montréal à New York :


« Quand j’ai commencé à faire du vélo en mode voyage, il y a une dizaine d’années, je suis partie avec une vieille bécane turquoise vraiment lourde que j’ai payée 150$. Mon équipement de camping, je l’avais emprunté à gauche et à droite et c’était assez sommaire… Alors, oui, tu peux partir de façon précaire. Ce n’est peut-être pas super confortable puis il te manquera quelques trucs, mais tout ce que tu as besoin pour faire du vélo ce sont tes jambes pour rouler, coup de pédale après coup de pédale.

mc_new york
https://lebloguedemc.com/

Je le souligne parce que je sais que certaines personnes pensent que pour avoir un bon vélo il faut investir 1000$ ou encore 2000$, que le look du vélo est important et que l’on doit avoir le kit qui va avec, etc. Même que pour économiser, il est possible d’adhérer à Warmshower, un concept qui ressemble à du Couchsurfing mais qui s’adresse aux cyclistes. En allant sur le site, tu peux repérer, qui accueillent et à quel endroit. Par exemple, il y a des gens qui accueillent seulement pour une douche et d’autres qui permettent aux cyclistes de se tenter sur leur terrain tout ça gratuitement ». Certains hésitent encore fort probablement à s’aventurer hors des sentiers battus, à sillonner de nouvelles routes ou à partir sur un nowhere prétextant que ce n’est pas pour eux, même si le cœur, lui, en crève d’envie… De quoi avons-nous donc besoin pour quitter les murs du connu et explorer de nouveaux territoires? Selon M-C, l’ingrédient de base est inévitablement le désir, moteur de l’aventure.

mike-horn-amazon-kayaking
© Sebastian Devenish/Mike Horn

Le fait de puiser dans de nombreux ouvrages d’aventuriers de l’extrême est également un bon moyen de faire face aux différentes difficultés lors de voyages en solo. Par exemple, les époustouflants récits de Mylène Paquette ou encore de Mike Horn peuvent aider à se projeter lorsque l’on vit des moments difficiles et à se doter d’un cadre de référence pour mieux vivre notre aventure. En cas de découragement sur le chemin du voyage rien de mieux que de comparer nos légers déboires à des scénarios plus catastrophiques là  nos modèles ont su réussir et se dépasser. Cette dernière me raconte que lors de son parcours à Cuba, une pluie torrentielle et des vents intenses ont stoppé sa course à vélo, la laissant pantoise dans l’attente. La température ne s’améliorant pas et n’ayant pas d’autres choix que de continuer son parcours pour arriver à sa prochaine destination rapidement, M-C prit un taxi. Déception. La déception, celle de renoncer à son but initial, celui de rouler sur Cuba uniquement à vélo. Dès lors, ce sont ses expériences et ses lectures qui lui ont permis de relativiser, de renoncer et  d’accepter que les éléments de la nature sont plus forts et qu’il faut mieux travailler avec eux que contre eux.

Alors? Pour ceux et celles qui désirent maintenant s’aventurer en solo, comme M-C, faites donc durer le plaisir pour goûter à l’une des plus belles phases du voyage, l’organisation : « Le voyage commence avec la préparation 1 an ou 2 ans avant le grand départ. Quand tu le montes toi-même, tu le prépares longtemps et il dure longtemps ton voyage. »

Pour suivre les passions, les réflexions et les récits de voyage de MC et consulter ses albums souvenirs :

https://lebloguedemc.com/

La conquête de l’Atlantique Nord à la nage : rencontre avec Heidi Levasseur

Heidi_PortraitLes explorateurs des siècles derniers, à la recherche d’un ailleurs idyllique, ont suivi la route de l’Atlantique, bravés des conditions de vie effroyablement rudes, des tempêtes et des attaques de corsaires pour simplement se diriger vers ce quelque chose dont on ne connait pas la nature jusqu’alors, l’inconnu. Tout comme ses prédécesseurs, Heidi Levasseur connue dorénavant sous le nom de la « Sirène du Québec », s’apprête à parcourir l’Atlantique, faisant littéralement corps à corps avec l’océan puisque c’est à la nage, poussée par le Gulf Stream, qu’elle franchira une distance de 5000 km. Marquant les prémisses de son grand voyage par un entrainement intensif, c’est au Saguenay-Lac-St-Jean que l’aspirante au titre de première femme à traverser l’Atlantique à la nage lance son grand défi 2018. Rencontre avec Heidi Levasseur celle pour qui la nage est une source intarissable de dépassement de soi. Continuer la lecture de La conquête de l’Atlantique Nord à la nage : rencontre avec Heidi Levasseur

Agriculture urbaine : La Recette démarre son potager à partager

Semer littéralement le partage! L’épicerie communautaire La Recette innove avec son tout nouveau projet d’agriculture urbaine cherchant toujours à favoriser l’accès à une nourriture saine et diversifiée pour les gens vivant sous le seuil de la pauvreté. Une recette santé orientée vers le développement durable et l’éducation citoyenne.

La Recette a installé un potager à partager devant son organisme. La population pourra ainsi cueillir ses propres légumes, fines herbes et fleurs comestibles afin de compléter son épicerie. Les bacs seront disponibles en tout temps et toutes heures du jour.

Jardins

Aménagé dans des palettes, le potager est rempli de plusieurs variétés de plants bios. Le projet a été pensé dans une optique de Continuer la lecture de Agriculture urbaine : La Recette démarre son potager à partager

Le Cabaret à Tour d’Rôle : Par ici le spectacle de l’absurde

Je ne suis pas critique. Je ne suis pas non plus une fervente amoureuse des spectacles de variétés et encore moins une théâtreuse affirmée. Mais j’aime rire, trop fort d’ailleurs, me faire chatouiller les côtes (mon point sensible)… et m’éclater la rate en mille morceaux – prière de porter votre visière protectrice si vous êtes à mes côtés. Désarmée, prête à l’absurde, je me suis assise au Café-Théâtre Côté-Cour, bière à la main, pour assister à la deuxième représentation du Cabaret à Tour d’Rôle portant à l’avant-scène un quatuor composé de Maud Côté, Michel Otis, Guylaine Rivard et Patrick Simard.

20160707_203653_016

D’entrée de jeu, l’ambiance intimiste créé par la salle du Côté-Cour facilite le contact avec les comédiens et donne l’impression d’être chez soi, à l’aise, comme si le spectacle se déroulait en plein milieu de notre salon. Le rideau se lève, je ne suis pas dans mon salon mais réellement au théâtre. Dès les premières notes du cabaret, on m’amène dans un univers coloré et loufoque où 3 dry queens caractérielles nous sont offertes en cadeau… Un cadeau servant d’habit trop exigu pour ces 3 dames exubérantes. Dès lors, je remarque une diversité de talents chez les comédiens. Tour à tour, les numéros illustrent la facilité que chacun possède à jouer de façon classique, à mimer exagérément, à chanter au micro, à danser en solo ou en groupe et même à faire dans la magie. C’est également un bel exercice d’interprétation (et de rapidité d’action) puisque les artistes changent de peau à de multiples reprises et de vêtements, dynamisant forcément le spectacle.
Continuer la lecture de Le Cabaret à Tour d’Rôle : Par ici le spectacle de l’absurde

Alexandre Goyette dans la peau de King Dave

image
http://www.ledevoir.com/culture/theatre/398038/a-six-mains-dans-les-culottes

Après avoir époustouflé le public et la critique avec sa pièce de théâtre, King Dave, que l’on peut qualifier de one man showAlexandre Goyette, acteur et scénariste, reprend le personnage de David Morin dans la plus récente réalisation de Podz. Lors de notre entretien, Alexandre me raconte les défis de l’adaptation de sa pièce au cinéma, son expérience de tournage pour King Dave, ses sources d’inspiration, sa collaboration avec Podz, ses projets à venir… Entrevue avec un acteur groundé et généreux.

King Dave de Podz : voir plus loin que les apparences

160516_28323_aetd_king_dave_affiche_sn635
L’affiche du film « King Dave » PHOTO : GO FILMS

La plus récente œuvre de Podz, King Dave, n’est ni plus ni moins que l’achèvement d’une collaboration de près de 7 ans entre Alexandre Goyette, acteur et scénariste et lui-même. Un film impressionnant de par la maîtrise d’un long plan-séquence de 91 minutes nous tenant littéralement captif de l’histoire mais aussi bouleversant de par le scénario et l’interprétation puissante d’Alexandre Goyette. Coupant le souffle avec sa cadence effrénée, King Dave, est aussi une réflexion sur les contrecoups de nos choix, puisant dans les vertiges de l’abandon, de la douleur et de la sensation d’un vide sans contour. Continuer la lecture de King Dave de Podz : voir plus loin que les apparences

À travers les brumes, revoir naître l’étoile : entrevue avec Mike Sawatzky des Colocs

http://bit.ly/299yRV8

J’ai retrouvé mon album des Colocs, je pensais que je l’avais perdu. Mon best of, un album égratigné à force de le traîner partout et de l’écouter avec excès, adolescente. Je pense que j’étais secrètement en amour avec Dédé Fortin, le puissant félin libre comme l’air, un concentré d’instinct suppliant d’exister toujours plus fort. À la télé, je regardais Les Colocs célébrant la vie, la mort et l’éternité et moi aussi je faisais partie du band comme tous les québécois, ensorcelés par leur musique. J’étais dans le mood avec Les Colocs; je voulais faire s’arrêter la pauvreté, l’injustice, l’idiotie gouvernementale, la souffrance et hurler avec eux comme des loups, l’amour, le vrai. Le temps file, vitesse de la lumière, Dédé est parti à travers les brumes et nous on espère revoir naître l’étoile. Il y a 16 ans, Dédé s’est transformé en comète, Les Colocs ont quitté l’appart. Puis, de temps en temps Les Colocs se font plaisir, ils se font des retrouvailles, une ode festive pour partager avec les fans le son du début. Des retrouvailles que Mike Sawatzky, guitariste, harmoniciste et membre fondateur des Colocs, décrit dans son franglais comme de « belles partages avec le public ». Des retrouvailles « pour avoir du fun » respectant l’esprit festif des Colocs pour leur 20e anniversaire. Au téléphone lorsque je demande à Mike ce que Dédé penserait de son show, assis sur son nuage, il me répond en souriant (je l’entends) : « il adorerait ça et il aurait voulu être là ». Entrevue avec Mike des Colocs de passage en région pour Les soirées Retrouvailles ce 2 juillet à Jonquière en Musique.

La thérapie par le rire avec le Cabaret à tour d’Rôle

 

Cabaret à Tour d'RôleAprès une année de pause, le Cabaret à Tour d’Rôle est ravi de remonter sur les planches cet été afin de faire rêver les gens, de les faire décrocher du quotidien  et surtout de les faire se tordre de rire. Composé des artistes Maud Côté, Michel Otis, Guylaine Rivard et de Patrick Simard, le collectif à Tour d’Rôle promet un cabaret « haut en couleur  avec de la folie » comme aime le dire la comédienne Guylaine Rivard. Le public pourra s’imprégner d’une ambiance de cirque où s’enchaîneront une vingtaine de numéros de variété mêlant le chant, la danse et la comédie selon les règles de base de la formule cabaret.  CeucRadio a eu le plaisir ou plutôt beaucoup beaucoup de plaisir à interviewer ces quatre protagonistes magnifiques transpirant la passion.

Écouter cette entrevue où l’énergie des comédiens en studio vous charmera au point où vous n’hésiterez plus une seconde à venir vivre ce cabaret burlesque. À partir du 6 juillet, rendez-vous au Côté-Cour!

Entrevue avec les comédiens du Cabaret à Tour d’Rôle :

Un Virage est amorcé : entrevue avec Marielle Couture

cropped-virage_web
http://www.viragefest.com/

Avis à tous les nostalgiques du bon vieux Folk Sale de St-Rose-du-Nord! Le week-end prochain, du 30 juin au 3 juillet, le Festival Virage ébranlera pour sa deuxième année le village de St-Rose où discussions, réflexions et GROS FUN seront au rendez-vous! Une programmation avant-gardiste où se superpose : conférences touchant à des enjeux sociaux et environnementaux chauds, des ateliers de création artisanal, des tables rondes, des agoras, des spectacles et la liste est encore bien longue. Une fin de semaine tournée vers une réflexion sociale, pensée par et pour les citoyens,  afin d’explorer les différentes manières de vivre le monde d’aujourd’hui et de demain. Tu veux apprendre à faire des cloisons en chanvre, repenser ton implication citoyenne dans la politique municipale, comprendre le déséquilibre des richesses entre le gouvernement et les banques, participer à une mosaïque collective et faire du body surfing dans un show de Grimskunk? Le Festival Virage t’invite à amorcer la transition. 

CEUCRadio a eu la chance d’interviewer la pétillante Marielle Couture, une des organisatrices du festival, au sujet de la fin de semaine à venir. 

Tu veux en savoir plus sur Virage : 

http://www.viragefest.com/

http://www.lapresse.ca/le-quotidien/opinions/201606/28/01-4996268-festival-virage-penser-et-agir.php