//L’Équipe renouveau démocratique fait son bilan

L’Équipe renouveau démocratique fait son bilan

DSC_0092Cercle de presse du Saguenay – L’Équipe du renouveau démocratique (ERD) croit avoir changé les choses durant leur première année à l’hôtel de ville. Voici quelques points importants selon M. Paul Grimard, ainsi que les deux conseillères, Mme Josée Néron et Mme Christine Boivin.

« L’arrivée de l’ERD a constitué un choc majeur au conseil municipal […] On a vu au courant de la dernière année que la démocratie a repris vie au Saguenay. Le droit de parole a été retrouvé » a commencé M. Grimard. Selon lui, cela a permis de démontrer que l’opposition était essentielle à Saguenay et qu’elle fait désormais partie des rouages démocratiques de la ville. Mme Néron insiste sur le fait qu’auparavant, les conseils de ville duraient rarement plus de 10 minutes. « Un minimum de consultation pour un maximum de contrôle » a-t-elle ajouté. Aujourd’hui, les conseils peuvent durer jusqu’à 2 heures.

Pour la conseillère, nous avons pu constater durant la dernière année que la Ville de Saguenay avait un style de gestion dépassé, très contrôlant et centralisateur au niveau de son information. L’information sur la gestion de la municipalité devrait être accessible, mais ce n’est pas le cas. Lorsque Véronique Dubé, présidente du Cercle de presse du Saguenay, demande à M. Grimard combien de demandes d’accès à l’information ils ont faites durant la dernière année, il répond : « Il n’y a pas une semaine où on ne fait pas de demandes. »

Mme Christine Boivin, conseillère au Lac Kénogami, quant à elle, souligne qu’il est triste de voir une ville qui ne travaille pas en équipe. « Si on travaillait en équipe, on aurait de bons résultats. Mais actuellement, ce que j’ai constaté et que je déplore, c’est que les élus à ville de Saguenay n’ont aucun pouvoir. »

Le bilan de la dernière année laisse croire que l’ERD a apporté des changements. Elle a changé la dynamique au conseil municipal, c’est-à-dire qu’on y voit de plus en plus d’interventions des conseillers. Tranquillement, le fait que l’ERD soit en place remet le contrôle du pouvoir actuel en question.

Audrey-Anne Maltais – Rédactrice web – CEUC