Les Maîtres du suspense – Robin Aubert alias Dany Cabana

RobinAubert-for-web

Dany est un écrivain obscur mais prolifique. Un artiste maudit, tourmenté. Un éternel bum au cœur tendre en quête de reconnaissance qui s’est convaincu qu’il n’est pas fait pour les honneurs et les projecteurs.

Robin Aubert était très content au lendemain de la première du film Les Maîtres du suspense le 8 décembre dernier. « On a eu une belle énergie dans la salle hier [dimanche], un bon public.  Les gens riaient, mais en même temps ce n’est pas une comédie où on rit aux 2 minutes. Ce n’est pas une ligne un punch, une ligne un punch. On suit l’histoire, pis quand tu ris tu ris, pis c’est tout » explique le comédien.

Le rôle de Dany Cabana a été écrit par Stéphane Lapointe pour Robin Aubert et il a été très touché que le réalisateur le fasse. « C’est sûr que je ne voulais pas le décevoir. J’ai été touché qu’il écrive un rôle pour moi en particulier. En même temps, tu ne peux pas refuser ça, je n’aurais vraiment pas été à l’aise si je n’avais pas aimé le scénario. Moi ce qui m’a fait accepter c’est certain que c’est Stéphane, mais à la base t’acceptes parce que l’histoire est bonne et que tu trouves ton personnage intéressant », affirme-t-il.

Ce qu’il a préféré dans son rôle c’est qu’il casse des objets à plusieurs occasions. « J’ai une facilité à casser des objets, j’aime ben ça, mais juste par plaisir! Jouer ça c’est le fun, comme acteur, de casser des lampes ou des morceaux de meubles, c’est très drôle » ajoute-t-il en riant.

L’acteur n’a aucun regret par rapport au film, il affirme n’avoir jamais de regrets dans ce qu’il fait. Il l’explique par sa facilité à oublier! « Que ce soit écrire ou jouer, après coup, je ne pourrais même pas te dire une réplique que j’ai dite. J’ai une mémoire d’oiseau. Je ne peux pas avoir de regrets dans ce temps-là », commente-t-il.

 

Biographie

Comédien reconnu tant au cinéma qu’au petit écran, membre fondateur du groupe humoriste les Chick’n Swell, scénariste et réalisateur, Robin Aubert fascine par l’éclectisme de son travail. Son premier long métrage Saints-Martyrs-des-Damnés remporte le prix de la Meilleure réalisation au Festival du film fantastique du Portugal, Fantasporto 2006, et le Prix du public au CinEnygma Film Festival du Luxembourg en plus d’être vendu dans plusieurs pays dont l’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne, le Japon, le Brésil et les Pays-Bas. En 2007, il signe sept textes sur l’album Chansons Indociles de l’auteur-compositeur-interprète Yves Desrosiers. En 2009, il réalise À quelle heure le train pour nulle part, un film expérimental et indépendant. Il réalise son troisième long métrage À l’origine d’un cri, le film reçoit un accueil chaleureux de la critique et voyage dans plusieurs festivals à travers le monde. 2011 sera la publication de son premier recueil de poésie Entre la ville et l’écorce aux éditions L’Oie de Cravan. En 2012, il réalise Tout va mieux, manifeste sur la condition environnementale actuelle. Le court métrage sera vu dans plusieurs pays. Il travaille ensuite sur Disparus, une série Web interactive écrite par les Chick’n’Swell dont il signe la réalisation. À l’automne 2013, il fait partie de la distribution du film Amsterdam réalisé par Stefan Miljevic, en 2014 dans Miraculum le dernier film de PODZ et en décembre prochain dans le film Les Maîtres du suspense au côté de Michel Côté et Antoine Bertrand.

 

Audrey-Anne Maltais – Rédactrice web – CEUC

Source : Les films Séville – Dossier de presse Les Maîtres du suspense.

Laisser un commentaire