Justine Bourdages et son exposition « Strates ».

IMG_2880

Crédit-photo : Frédéric Beaudry-Grenier

Le mercredi 2 septembre 2015, la population de la ville du Saguenay pouvait se rendre au Centre des Arts et de la Culture de Chicoutimi, dans le but d’assister au vernissage de Justine Bourdages, une étudiante à la maîtrise en art de l’Université du Québec à Chicoutimi.

lorsque les gens entrent dans la salle où le travail de l’artiste est exposé, la première série de portraits qui attire le regard vers la gauche est le résultat d’un projet intitulé « Générations ». Ces portraits photographiques furent réalisés en 2013, et consistent en une série de photos qui fusionne les visages de l’artiste, de sa mère, de sa grand-mère, et de son arrière-grand-mère. Justine Bourdages mentionne que ces photos furent prises au Saguenay dans le cadre de sa maîtrise en art. Elle explique que cette exploration artistique est un point culminant de son travail, et que ce projet lui a fait réaliser qu’elle aimait le concept des portraits fusionnels. À propos de la photographie, elle ajoute que son père a joué un rôle très important dans le développement de son intérêt pour l’art visuel.

IMG_2869

Crédit photo : Frédéric Beaudry-Grenier

Son baccalauréat interdisciplinaire en art, concentration arts numériques, lui a donné le goût d’incorporer la technologie à la création artistique. Elle a toujours appréciée le fait de travailler l’image, et l’interactivité vidéo est un champ qui lui permet de réaliser ses œuvres comme elle l’imagine. Quand elle parle de sa démarche artistique, Justine Bourdages mentionne qu’elle accorde de l’importance à la relation qu’elle développe avec les gens pendant leur collaboration. Par exemple, lorsqu’elle a travaillée sur « Générations », ce projet lui a permis de remonter aux racines de sa famille. En compagnie de sa mère, Justine Bourdages a trouvé des photos de sa mère, certes, mais aussi des photos de sa grand-mère et de son arrière-grand-mère. L’artiste avoue que les discussions avec sa mère, la recherche dans les archives et la sélection des photos fut un processus très enrichissant.

Elle poursuit en racontant qu’elle a décidé de passer par le même processus pour son exposition « Strates ». Au cours de son exploration, elle a côtoyé une dizaine de volontaires prêts à raconter des fragments de leur intériorité. Elle a discuté avec ces gens, elle a appris à les connaître davantage. Tous les portraits individuels sont basés sur ces rencontres. Lorsqu’elle parle du processus qui a mené vers le résultat exposé au Centre des Arts et de la Culture, Justine Bourdages précise que ces rencontres lui ont permises de mettre l’emphase sur des thématiques comme le souvenir et la réminiscence. Au fil des discussions, les participants fouillaient dans leurs vieilles photos, et se souvenaient des moments saisis sur l’image glacée. Par extension, de vieux souvenirs ont ressurgi.

En cours de route, Justine Bourdages a entendu une multitude d’histoires. Ces récits prenaient vie, car l’artiste voulait absolument montrer l’individualité des participants aux visiteurs de son exposition, et ce, dans le but de rendre visible ce qui est invisible à l’œil nu. À propos de sa vision sur l’identité, elle croit que la personnalité des gens est formée par couches, un peu comme des strates qui s’accumulent au fil du temps. Elle croit aussi que les gens sont forgés par plusieurs expériences accumulées au cours d’une vie. Justine Bourdages raconte qu’au fil des discussions, la fibre dominante d’un souvenir prend le dessus sur les autres, et l’artiste en profite pour approfondir le sujet. Puis, elle recherche ensuite avec la personne une photo reliée à ce souvenir.

IMG_2870

Crédit photo : Frédéric Beaudry-Grenier

Le fait qu’elle combine plusieurs formes visuelles, comme la photo et la vidéo, lui donne une grande marge de manœuvre. Elle explique qu’elle peut faire presque tout ce qu’elle veut avec la diversité des outils numériques. Elle poursuit son explication en mentionnant qu’elle peut projeter, par le biais de sa démarche artistique, l’image que les participants ont donnée d’eux par le biais des discussions. Selon elle, l’art numérique lui permet de transmettre un message qui lui serait impossible à raconter par une autre forme artistique. Par ailleurs, elle trouve intéressant la possibilité de trouver des photos d’archive, symbole du passé et de souvenirs, et de leur donner une seconde vie grâce à la technologie.

Par le biais de « Strates », Justine Bourdages a pu exploiter le concept des photos séquentielles. Cette forme narrative et visuelle lui a permis de raconter douze histoires différentes. Par le biais de son projet de maîtrise, l’artiste a côtoyé des gens qu’elle connaissait, mais à différents degrés. Ainsi, elle a pu connaître davantage les personnes qu’elle connaissait moins, et de découvrir des détails inconnus à propos des gens qu’elle connaissait depuis un peu plus longtemps.

L’exposition « Strates », de Justine Bourdages, se poursuit au Centre des Arts et de la Culture de Chicoutimi jusqu’au 25 septembre 2015.

Une réflexion sur “ Justine Bourdages et son exposition « Strates ». ”

Laisser un commentaire