//« UN PARI SUR L’IMAGINAIRE ».

« UN PARI SUR L’IMAGINAIRE ».

IMG_1844

Crédit-photo : Frédéric Beaudry-Grenier

Le mercredi 9 septembre 2015, L’Oeuvre de l’Autre proposait le premier évènement de sa saison 2015-2016 ; la galerie de l’UQAC offrait la possibilité aux intéressées et intéressés de se présenter au vernissage de l’exposition « Un pari sur l’imaginaire ».

Madame Nathalie Villeneuve, coordonnatrice de la galerie, affirme qu’une collaboration avec les enseignants du département en art a facilité la sélection des œuvres. Ainsi, des étudiants et étudiantes au baccalauréat interdisciplinaire en art et en enseignement des arts ont pu exposer le fruit de leur recherche. Madame Villeneuve explique que les enseignants ont approché les étudiants de la façon suivante ; des questions pertinentes, jumelées à certaines contraintes, furent proposées aux étudiants. Cette façon de faire avait pour objectif d’amener les étudiants vers une réflexion sur leur travail.  « Un pari sur l’imaginaire » est la synthèse de ce qui s’est fait de mieux dans les cours proposés dans les deux baccalauréats.

À propos des défis qui attendent les futurs enseignants en art, Madame Villeneuve croit qu’enseigner est un défi en soi, car il faut faire preuve de persévérance pour obtenir une stabilité d’emploi. Les enseignants de demain devront composer avec la difficulté de trouver une permanence, et devront s’adapter au fait d’être disponibles en tout temps pour faire de la suppléance. Par contre, Madame Villeneuve croit que ce domaine professionnel sera toujours accessible à ceux et celles qui feront preuve de passion et de persévérance à l’égard de l’enseignement, et ce,  malgré les récentes coupures dans le domaine.

Selon Madame Villeneuve, un défi attend également les étudiants qui voudront faire carrière dans le domaine artistique à la fin de leurs études ; à son avis, ceux-ci devront composer avec les fausses perceptions à leur égard. En cette période d’austérité, elle affirme que vouloir devenir un artiste peut paraître un peu superflu aux yeux de certaines personnes. Toutefois, elle mentionne que la valorisation des arts et de ses artisans est cyclique ; par le passé, les artistes laissaient une meilleure impression sur les gens. Elle ne serait donc pas étonnée si, dans un avenir plus ou moins rapproché, la valorisation des arts et de la culture revienne au goût du jour. De plus, elle croit que les étudiantes et étudiants en art ne doivent jamais baisser les bras, car il est possible de faire carrière en arts et d’avoir une vie professionnelle bien remplie.

IMG_1839

Crédit-photo : Frédéric Beaudry-Grenier

D’ailleurs, Madame Villeneuve croit qu’un artiste possède un atout incontournable lorsqu’il décide d’être multidisciplinaire. Elle mentionne qu’il est très rare désormais qu’un artiste se spécialise uniquement dans un seul champ artistique. Par exemple, il est fréquent de voir des peintres intégrer les arts numériques à leur travail, ou bien des sculpteurs intégrer les possibilités de la vidéo à leurs créations. Elle croit qu’il est impossible de passer à côté des plateformes artistiques proposées par la technologie, que ce soit la vidéo, les performances, ou bien les arts numériques. Selon elle, les créneaux artistiques se chevauchent de plus en plus à notre époque, et cette tendance est à l’avantage des artistes, puisque ceux-ci élargissent leurs champs d’horizon, en plus de développer continuellement de nouvelles compétences. De plus, elle croit que la technologie permet aux artistes d’accéder à de nouvelles connaissances, et par le fait même, de les intégrer à leur démarche artistique.

IMG_1834

Crédit-photo : Frédéric Beaudry-Grenier

Il est important de rappeler que les curieux et curieuses ont jusqu’au mercredi, 23 septembre 2015, pour assister à l’exposition « Un pari sur l’imaginaire ». Les portes de la galerie de l’université du Québec à Chicoutimi, L’Oeuvre de l’Autre, sont ouvertes du lundi au jeudi, de 9 heures 30 à 16 heures 30.