L’illusion du mirage

Critique du film Le Mirage

Article paru dans Le Griffonnier numéro 105

LE_MIRAGE

Le Mirage est une comédie dramatique québécoise sortie sur nos écrans le 5 août dernier. Il est le sixième long métrage du réalisateur Ricardo Trogi et le premier essai à la scénarisation de Louis Morissette qui y tient également l’un des rôles principaux aux côtés de Julie Perreault, Patrice Robitaille et Christine Beaulieu.

 Par Marilou LeBel-Dupuis, critique de film

 Le mirage en question est celui des protagonistes, qui croient tous que le bonheur passe obligatoirement par le dernier gugusse acheté, allant du chalet à 400 000 $ à la piscine de sel, en passant par la paire de seins et le presse-fruit à 50 piasses. La vraie illusion par contre aura été d’avoir cru que ce film allait être bon.

Pour vous aguicher un peu, je vais d’abord vous dire que Le Mirage comportait quelques bons éléments. Commençons par mentionner la réalisation de Trogi. À aucun moment, celui-ci n’a fait défaut : la variété des techniques utilisées par celui-ci contrastait fortement avec la redondance du scénario – plan-séquence, successions d’images rapides, prix juxtaposés à l’image, plans anodins, affichage de textos… bref, autant de techniques qui ont apporté une fraicheur bienvenue à l’œuvre. Par ailleurs, le jeu des acteurs n’était franchement pas à plaindre non plus : Julie Perrault, dans le rôle d’Isabelle, la conjointe de Patrick Lupien (Louis Morissette), a été particulièrement convaincante, voire marquante. Morissette a même réussi à rendre son personnage attachant, malgré qu’il se comporte à plusieurs reprises comme le pire des abrutis.

Pour lire la suite,
rendez-vous dans Le Griffonnier,
aussi disponible en ligne :

http://issuu.com/ceuc/docs/griffonnier105-31aout2015/11

 

——————————————————————————

Crédit photo : http://cinemalescenario.com/wp-content/uploads/2015/07/LE_MIRAGE.png

Laisser un commentaire