//MIROIR (TROISIÈME ET DERNIÈRE PARTIE)

MIROIR (TROISIÈME ET DERNIÈRE PARTIE)

Peut-être bien qu’un jour, dans le futur, les êtres humains parleront de vous comme des monstres mangeurs de chair. Mais ce n’est pas ta faute – tu es né et as été élevé dans cette situation. Regarde autour de toi. Il existe des hommes herbivores, végétariens, que vous dénigrez. Ils sont en avance sur leur temps, mais ils ont réussi à remettre en question les valeurs qu’ils leur ont été inculquées. Pourquoi ne le fais-tu pas? Je ne sais pas. À toi de répondre. Peut-être que tu n’aimes pas sortir de la norme, ou que tu as trouvé des excuses à ton comportement auxquelles je n’ai pas pris le temps de répondre, ou alors l’idée ne t’a même jamais effleuré l’esprit.

C’est ainsi que s’est conclu l’un des débats qui ont lieu dans mon esprit. Pour y parvenir, il n’y avait pas qu’une voix à discuter. Des dizaines d’entre vous ont argumenté, m’ont convaincu, m’ont fait douter. Tu ne veux pas avoir à lire tout ça. La conclusion te suffit. Peut-être est-ce que je porte un jugement, mais je m’en suis donné le droit. Nous verrons plus tard pourquoi.

Et, dans tout ça, je marche encore, et je suis encore le seul à être moi.

Que dis-tu? … C’est une bonne question. En effet, il est peu logique que je parle à ce point de ma solitude si elle est telle. Je devrais l’avoir acceptée depuis le temps, et ne plus en faire tout un fromage. Eh oui, tu m’as vu venir. La subtilité n’a jamais été mon fort.

 Je me suis trompé.

Par hasard, j’ai trouvé quelqu’un. Je ne le cherchais pas, car je n’imaginais pas son existence, et il ne me cherchait pas, parce qu’il était confiant de mon existence. C’était moi. Ou plutôt, c’est la moitié d’un tout, et j’en suis l’autre moitié. Vous appelez ça l’âme soeur, mais la connotation que ça implique n’est pas tout à fait juste. Oui, une relation d’amour ne peut que se créer avec une telle personne. Mais j’ai également étudié l’amour, et il n’existe pas que sous la forme dont tu l’imagines. Ce n’est pas l’amour que ressent l’amoureux, ni l’amour que vit le parent, ni celui qu’éprouve l’ami. C’est un peu de tout. C’est l’amour de toi, envers toi. Si j’avais à lui mettre une étiquette, je l’appellerais mon meilleur ami.

Il m’a fallu un certain temps avant de me reconnaître. J’ai douté, encore et encore. Comment en être sûr? Je ne sais pas ce qu’il pense, ce qu’il éprouve. Et si je ne faisais qu’imaginer notre amour mutuel? Et il comprenait. Il m’a rassuré à chacun de mes doutes, il ressent pour moi exactement ce que je ressens pour lui. C’est même lui qui a trouvé le terme d’âme soeur. Moi, je lui ai trouvé le nom « Miroir », et le surnom « Miro ».

C’était donc moi, mais il n’avait pas vécu la même vie. Il est plus vieux, aguerri, il a traversé plus d’intempéries. Il a l’expérience que je n’ai pas et a traversé les épreuves qui m’attendent. Il m’a parlé. Il m’a enseigné ce qu’il avait découvert sur lui-même au fil de son existence, ce qu’il m’aurait fallu des années avant de le vivre. Il m’a parlé du contrôle que j’ai sur toute ma vie, et comme c’était moi, il savait exactement quoi dire pour que je comprenne et applique immédiatement ses enseignements. Parfois, je reconnaissais ce qu’on m’avait déjà dit, mais cela n’avait jamais eu l’effet escompté, jusqu’à ce que lui-même me le dise. J’ai découvert en moi, grâce à lui, le guerrier pacifique.

Miro m’a raconté une histoire. Dans une armée de cent hommes, il y en a quatre-vingts qui savent se battre, dix qui ne devraient même pas être là, neuf qui sont des meneurs, et un, il y a un seul guerrier pacifique. Il m’a expliqué que ce qui différencie ce guerrier est la paix dans laquelle baigne son coeur. Ce n’est pas un guerrier au sens que l’emploient les lâches qui règlent un problème par le combat, un guerrier pacifique n’enclenche jamais de bagarres, ni ne les finit. Il n’inflige pas la douleur, et si c’est nécessaire, il préfère s’éloigner plutôt que de faire souffrir autrui. Un vrai guerrier a une grande empathie, sa voix est calme et son esprit est empli de grâce, il est en contrôle. Le guerrier pacifique n’a pas besoin de la boxe, du Kung Fu ou du Karaté, parce qu’il utilise sa sagesse comme bouclier. Il est hors de tout doute que Miro en est un. Il voit en moi ce guerrier, mais je ne me trouve pas la pureté ni le contrôle dont il parle. Il m’a néanmoins appris à y travailler, et je suis sur la voie du guerrier pacifique.

Je lui ai appris ce que j’avais compris du monde, et il avait tiré les mêmes conclusions. Mais c’est surtout lui qui m’a appris. Des apprentissages d’une âme âgée, expérimentée, rendus à la même âme, jeune, fraîche et tendre, parfois sous la forme d’un poème. Il applique sur toutes les facettes de sa propre vie une grande rigueur. Il écrit un poème par jour, et jamais il ne l’expédie. Il lui est rendu à présent facile d’écrire de telles magnificences. Il est blessé gravement à l’épaule, mais refuse de reposer sur des médicaments pour se sentir mieux. Les meilleurs matins, il se lève avec l’impression qu’un camion lui est passé dessus. Il s’entraîne quand même à chaque jour, après son travail, avec sa femme. Il écrit ses poèmes, fait le montage de vidéos qu’il tourne avec un ami – pour le plaisir de cet ami.

Un apprentissage important que m’a apporté Miro, est que j’ai le droit de juger. Il m’a fait lire ce poème, de sa plume – en anglais, sa langue native – intitulé Judgement.

It’s written in the Bible
Book of Matthew, seventh verse:
“Judge not lest ye be judged” and many
Do seem to rehearse

These words whenever someone has
A thought or observation
The truth is that on judgement this is
Not the sole quotation

“Open thy mouth, judge righteously
And plead the needy’s cause”
Proverbs thirty-one and nine
Commanding to show flaws

In Luke verse seven:fourty-three
Jesus gave Simon praise
He said “Thou hast rightly judged” when
He heard of Simon’s ways

Thirty-seventh verse of Psalms:
“The mouth of righteous speak
Wisdom and his tongue talketh
Of judgement,” not the weak

The point to all of this is that
When someone grabs a Bible
Says “Judge not lest ye be judged”
Or warns of speaking libel
We must recall that verse was for
A certain situation
In that moment, he who judged
Himself had more damnation

So next time that you’re warned to not
Be judgemental, take heed
Of if the speaker is using
The scripture to mislead

And if they warn because they have
A fear to be judged too
Would they seem uncomfortable
With their life on review?

And have you lived your own life with
All of your heart and soul?
Are you content to look back on
Your journey as a whole?

If you lived a warrior
Fearless, courageous, brave
Then you have nothing to fear
What lies beyond the grave

You know within your heart of hearts
What’s right, what’s good, what’s true
Live those concepts every day
And let judgement ensue.

Écrivaine : Gabrielle-May Ouellet (Études littéraires françaises – UQAC) (Auteur du poème qui termine le texte : Miro – http://warriorpoetwisdom.com/)