//L’HOMME SENSIBLE

L’HOMME SENSIBLE

Celui qui condamnerait le monde à mort n’est que trop sensible
et sa violence interne n’est que soucis d’aimer

L’homme qui se cherche et se perd dans ses travers
ne se porte-t-il pas volontairement disparu

Il est doux de scandaliser
mais n’est-ce pas là une façon de se décharger de la lourdeur qu’on appelle vie

Celui qui résiste au discours en fait l’enrichit
et donne l’occasion aux réactionnaires de réactionner

L’homme qui s’efface avec des mots
n’est-il pas en recherche constante de silence

Il est doux de tout détruire
mais n’est-ce pas là une façon paradoxale de tenter de construire

Marc-Antoine Mailloux (Études littéraires françaises, UQAC)