//Le Cabaret à Tour d’Rôle : Par ici le spectacle de l’absurde

Le Cabaret à Tour d’Rôle : Par ici le spectacle de l’absurde

Je ne suis pas critique. Je ne suis pas non plus une fervente amoureuse des spectacles de variétés et encore moins une théâtreuse affirmée. Mais j’aime rire, trop fort d’ailleurs, me faire chatouiller les côtes (mon point sensible)… et m’éclater la rate en mille morceaux – prière de porter votre visière protectrice si vous êtes à mes côtés. Désarmée, prête à l’absurde, je me suis assise au Café-Théâtre Côté-Cour, bière à la main, pour assister à la deuxième représentation du Cabaret à Tour d’Rôle portant à l’avant-scène un quatuor composé de Maud Côté, Michel Otis, Guylaine Rivard et Patrick Simard.

20160707_203653_016

D’entrée de jeu, l’ambiance intimiste créé par la salle du Côté-Cour facilite le contact avec les comédiens et donne l’impression d’être chez soi, à l’aise, comme si le spectacle se déroulait en plein milieu de notre salon. Le rideau se lève, je ne suis pas dans mon salon mais réellement au théâtre. Dès les premières notes du cabaret, on m’amène dans un univers coloré et loufoque où 3 dry queens caractérielles nous sont offertes en cadeau… Un cadeau servant d’habit trop exigu pour ces 3 dames exubérantes. Dès lors, je remarque une diversité de talents chez les comédiens. Tour à tour, les numéros illustrent la facilité que chacun possède à jouer de façon classique, à mimer exagérément, à chanter au micro, à danser en solo ou en groupe et même à faire dans la magie. C’est également un bel exercice d’interprétation (et de rapidité d’action) puisque les artistes changent de peau à de multiples reprises et de vêtements, dynamisant forcément le spectacle.

20160707_211554_028

Tout le long de la représentation, les comédiens m’ont fait sourire, rire et plus particulièrement la nouvelle recrue du collectif, Patrick Simard. Patrick a ce quelque chose de drôlissime, peut-être inné, et une présence scénique forte. Avec éloquence, il interprète énergiquement ses personnages en utilisant son corps tout entier; de la mimique du faciès la plus expressive à la bascule du bassin la plus dynamique, charmant l’auditoire. Je peux vous avouer que ce dernier peut même s’accrocher au plafond tel un gibbon à son arbre.

Le cabaret ne pourrait être the show sans ses notes musicales colorant joliment les numéros. Michel Otis se prête fort bien à cet exercice avec un plaisir remarqué en jouant du clavier, du saxophone et même de sa voix, feutrant davantage l’atmosphère.

20160707_204124_023

Je me répète à nouveau et j’ose même me citer : « Je ne suis pas critique. Je ne suis pas non plus une fervente amoureuse des spectacles de variété et encore moins une théâtreuse affirmée. » Soulignant ce fait, j’ose tout de même mettre en évidence quelques aspects du cabaret qui m’ont légèrement gêné. Les numéros du spectacle sont variés, n’ayant pas en soi de continuité entre eux, sinon que le désir de divertir et de détendre ses invités. Mais la représentation, s’apparentant à un registre humoristique, aurait tout à son avantage à mettre de côté certaines chansons aux tempos plus lents et aux textes nostalgiques. Comme mentionné plus haut, plusieurs numéros sont livrés à l’assistance durant près d’une heure trente mais à certains moments des longueurs se font sentir. Dans l’ensemble, le collectif à tour de rôle a réussi à m’initier à leur ludique thérapie par le rire et ce fût une belle première! Alors, gens de Saguenay, besoin d’une délicieuse montée de dopamine? Le Cabaret à Tour d’Rôle c’est justement leur dada.

Les représentations du Cabaret se tiendront du mercredi au samedi, à partir de 20h30, jusqu’au 30 juillet.

Tu veux y assister :

https://www.facebook.com/cabaretatourdrole/?fref=ts