//Laura Sauvage: Extraordinormale au Sous-Bois
Laura Sauvage

Laura Sauvage: Extraordinormale au Sous-Bois

Laura Sauvage, alias Vivianne Roy des Hay Babies, montera sur les planches du Sous-Bois ce soir, vendredi 9 septembre. À cette occasion, nous avons eu un brin de jasette avec  elle.

Forte d’un premier album paru en mars dernier, l’auteure d’Extraordinormal est au tout début d’une tournée de l’est du pays qui l’occupera tout l’automne. Alors qu’une bonne portion du voyage se fera en première partie des Barr Brothers et de Fred Fortin, c’est en tant que tête d’affiche qu’elle joue à Chicoutimi. Elle avait déjà visité la région cet hiver, au Bistrot-Café Summum de La Baie. Elle était alors accompagnée de Dany Placard, le producteur d’Extraordinormal, sur lequel elle était en train de travailler. Une écriture et un enregistrement effectués rapidement.

Laura Sauvage
Laura Sauvage, aka Vivianne Roy. Photo: Le petit russe

« C’est super duper awesome de travailler avec (Placard). Moi pis lui on se comprend super bien. On a souvent les mêmes feelings à propos des mêmes choses.  Nos itunes se ressemblent, on a beaucoup les mêmes références. Il me donne beaucoup d’espace pour être créative dans la production de l’album. On a été en studio pendant l’hiver, ça feelait même pas comme si on faisait un album, ça feelait juste comme si on jouait des tounes. On a fait ça en six jours. C’était vraiment le fun. »

La musique de Laura Sauvage s’inscrit dans une tradition de « storytelling ». On y retrouve de nombreux personnages fascinants malgré leur banalité. Les airs et les rythmes ne sont pas dépourvus  d’influences folk et country, chères à son groupe Les Hay Babies. Mais en solo, elle y mélange une touche électrique plutôt grunge. L’univers de Laura Sauvage est quelque part entre une route rurale et les quartiers bétonnés d’une métropole. Quelque part entre Steinbeck et Bukowski.

« Y’a beaucoup de people watching sur l’album, du stuff inspiré par des affaires que j’ai vu.  Y’a beaucoup de stuff qui vient de la ville là-dedans. Je dirais que c’est assez urbain. C’est le fun de jouer à Montréal, le public est habitué de voir des shows souvent. Mais dans les petites places le monde trippe, je sens plus une appréciation, après on trippe ensemble.»

Depuis quelques années, une véritable scène musicale acadienne a émergé au Québec. D’un regard hautain sur des musiciens folkloriques à la Edith Buttler, le public québécois est passé à une grande affection pour les Lisa Leblanc, Radio Radio ou les Hay Babies. Laura Sauvage apporte une couleur distincte à cette vague.

« Radio Radio, c’était tellement différent, avec l’affaire d’accent, le monde s’est rappelé de l’Acadie.  Avec Lisa, y’avait pas grand monde qui faisait du rock avec un banjo comme une chick… Man, elle vient aussi de l’Acadie! Mais la musique elle a tout le temps été là, elle a toujours été bonne aussi. Y’a pas much à faire là-bas, le monde veulent juste créer pour faire de l’art. Vous êtes exposés au francophone, mais y’a beaucoup de bands anglophones aussi, dans les maritimes en général. »

La tournée se poursuit demain au Vieux-Couvent de Saint-Prime, puis jusqu’à la fin novembre. Parallèlement, Vivianne Roy termine le travail sur un nouvel album avec ses collègues des Hay Babies. La parution est prévue pour la mi-octobre sur l’étiquette Simone Records.

Écoutez l’entrevue intégrale avec Laura Sauvage:


télécharger l’entrevue pour l’écouter plus tard

Site Web

Billetterie