Parlons aux morts!

Par Jessica Roy-Vachon

Pour plusieurs, le mois d’octobre est synonyme d’Halloween et de peur. On aime tous se faire peur, surtout le soir du 31 octobre. L’Halloween étant le seul jour de l’année où l’on croise des sorcières, des vampires, des zombies, des fantômes et plein d’autres créatures tout droit sorties de notre imaginaire, on a toutes les raisons d’avoir peur… du moins, quand on est jeune. Mais on aime tous cette sensation spéciale provoqué l’espace d’un moment – les frissons dans le dos, c’est toujours amusant, et ce, surtout s’ils sont causés par la présence d’esprits que l’on fait venir avec nos amis! Quel meilleur moyen pour se faire peur que de sortir de sous le lit ou du fond d’un placard un vieux jeu tout poussiéreux de Ouija?

ouija
Source: http://www.iza-voyance.com/tirage_gratuit_planche_ouija.htm

Continuer la lecture de Parlons aux morts!

Une forêt hantée sur le campus

Le boisé Val-Lombrette, qui longe le campus, sera le théâtre de quelques horreurs lundi soir, 31 octobre. Une forêt hantée y est en effet organisée en cette soirée d’Halloween, pour le plus grand plaisir des amateurs de peur et de sensations fortes.

forethantee

Continuer la lecture de Une forêt hantée sur le campus

Deux cents personnes marchent à Chicoutimi

Nous vous parlions mardi de la marche de dénonciation de la culture du viol à Chicoutimi. La manifestation a eu lieu mercredi soir. Elle a rassemblé environ 200 personnes. Nous nous sommes rendus sur place pour demander à quelques manifestantEs en quoi il leur était important de participer à cette soirée.

Notre reportage sur la manifestation du mercredi 26 octobre

 

louis-pierre-cossette-1
Photo: Louis-Pierre Cossette / collaboration spéciale
louis-pierre-cossette3
Photo: Louis-Pierre Cossette / collaboration spéciale

Portraits de l’action communautaire autonome

En collaboration avec le Groupe de recherche et d’intervention régionales (GRIR), des organismes communautaires lancent cette semaine le livre Visages de l’action communautaire autonome. Le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire (MEPAC) et la Corporation de développement communautaire du Roc (CDC du Roc) sont à l’origine de ce projet destiné à mettre en valeur le travail d’organismes sur le territoire. Caroline Jean du MEPAC et Géo Pelletier du CDC sont venues le présenter dans nos locaux.

grir-visages-de-laction-communautaire
L’un des portraits réalisés par le photographe Nicolas Lévesque au Service alimentaire La Recette.

Continuer la lecture de Portraits de l’action communautaire autonome

Halte à la culture du viol

Demain 26 octobre, plusieurs marches se tiendront simultanément au Québec pour dénoncer la culture du viol. À Chicoutimi, le rassemblement prévu pour 17h30 débutera à l’UQAC pour ensuite défiler vers le centre-ville.

Ce mouvement survient dans le sillage des événements de la semaine dernière à l’Université Laval, de la dénonciation d’un député de l’Assemblée Nationale et des réactions qui s’en sont suivies. Toutefois, la mobilisation contre la culture du viol remonte bien au-delà. On se souvient par exemple des révélations de l’an dernier à propos de femmes autochtones alléguant avoir été abusées par certains agents de la Sûreté du Québec.

Marielle Couture, figure connue des luttes féministes et sociales dans la région, fait partie du comité organisateur de la marche au Saguenay. Selon elle, la mobilisation s’est faite très rapidement, via les médias sociaux, dans la foulée des événements de la semaine dernière.

stopcultureduviol_les-folies-passageres
Visuel de l’événement conçu par Maude Bergeron / Les Folies passagères

« L’objectif principal c’est de briser le silence. Dans l’actualité récente il y a beaucoup d’événements qui font en sorte qu’il y a un ras-le-bol collectif. Beaucoup de femmes ont besoin de prendre la parole pour dénoncer cette banalisation de ce qu’on appelle la culture du viol. C’est une prise de parole et une occasion de sensibiliser les gens. Les propos du député de Dubuc Serge Simard ont soulevé une certaine colère, particulièrement dans la région. Ça a été très rapide sur les réseaux sociaux. Je pense que c’était le temps de sortir de chez nous pour prendre la parole rapidement. »

Continuer la lecture de Halte à la culture du viol