//Duchess Says: Omnisciences

Duchess Says: Omnisciences

Duchess Says sera de passage au Saguenay samedi soir. Le groupe, qui vient de lancer son troisième album Sciences nouvelles, débute à peine sa tournée. Après Brooklyn samedi dernier et Montréal jeudi pour deux spectacles de lancement, c’est à Chicoutimi que ça se poursuit, au Sous-Bois où ils commencent à avoir leurs habitudes. Faute d’arriver à les rejoindre sur leur planète pendant cette grosse semaine, nous vous proposons un aperçu de cette oeuvre nouvelle.

duchess-says_philippe-beausejour
Duchess Says Photo: Philippe Beauséjour

Le groupe s’est forgé la réputation de brûleurs de scène. Ça s’est vérifié à chacun de leurs 3 ou 4 passages ici. La première fois que nous avions entendu parler d’eux, il était question d’une chanteuse « en sang » lors d’un spectacle à Québec. Veut veut pas, ça donne le goût de voir. Sur place, on a vu la spectaculaire chanteuse en question, mais on a surtout entendu un groupe extrêmement solide, avec un sens du riff et du punk des plus enivrants, où guitares et claviers entrent en osmose.

Le talent de Duchess says est de jouer dans les tales des plus belles époques de l’underground musical, sans toutefois donner dans la reproduction nostalgique d’un vintage à la mode. À partir d’une authenticité qui se manifeste en énergie, ils ressuscitent des genres, redonnent une pertinence à des attitudes, renouvellent des phrasés.

Sciences nouvelles est en plein dans cette dynamique. Dès l’ouverture, Inertia a quelque chose d’I wanna be your dog des Stooges, juste avant qu’inertia pt 2 fasse entendre le groupe dans un mode jam qui n’est pas sans rappeler le côté planant d’Hawkwind, le prog en moins. Il y a quelques exemples de ces structures plus ouvertes sur l’album, peut-être héritées du projet parallèle PyPy. Il y a aussi une forte influence new-wave dont l’accrocheuse I repeat myself, I am an idea, ou encore Travaillez sont les fleurons.

On trouve aussi des morceaux instrumentaux d’influence plus expérimentale. Signalons enfin Negative toughts, peut-être l’un des hauts-faits du groupe en carrière, chanson dans laquelle son identité propre est la plus tangible.

Nonobstant cette séance de name-dropping, insistons encore sur la capacité du groupe à rendre actuelles et vivantes les références au passé. Cette qualité rare, alliée à sa puissante présence scénique, fait de Duchess Says l’un, sinon le projet musical le plus excitant sous nos latitudes.

Sciences nouvelles, album difficile à qualifier, ne déçoit pas, si ce n’est qu’il semble un peu trop court. Ce qui est plutôt bon signe. Dans la discographie du groupe, ce n’est pas le plus facile d’approche, mais ses charmes ne tardent pas à se manifester. De toute façon, la meilleure façon de découvrir Duchess Says c’est en spectacle. Si ce n’est déjà fait, sautez sur l’occasion de les voir ce samedi. Vous ne serez pas déçus !

Samedi 22 octobre au Sous-Bois