//Nouveau festival pour les cinéphiles au Saguenay

Nouveau festival pour les cinéphiles au Saguenay

Un tout nouveau festival de cinéma se tiendra cette semaine à Chicoutimi. Frissons du nord s’adresse aux mordus des films de genres que sont l’horreur, la science-fiction et le fantastique. Le Sous-Bois hébergera les projections et les festivaliers du 3 au 5 novembre.

Selon les organisateurs, le festival répond à un manque dans l’offre culturelle régionale. Si le cinéma est bien représenté notamment par l’institution qu’est devenu le festival Regard, aucun événement ne se dédiait spécifiquement aux films de genres. C’est un créneau bien représenté par ailleurs à Québec (Vitesse lumière) et Montréal (Spasm, Fantasia), des événements auxquels Frissons du nord s’est associé pour mettre sur pied sa programmation.

turbo-kid-001_jp-bernier
Munro Chambers et Laurence Leboeuf: Turbo Kid Photo: JP Bernier

La soirée d’ouverture présente un programme double réunissant deux longs métrages canadiens produits en 2015, soit Turbo Kid et Le Scaphandrier. Le premier, fort bien reçu par la critique, est une sorte de pastiche de films fantastiques des années 1980, mettant en vedette Munro Chambers, Laurence Leboeuf et Michael Ironside. L’action se déroule dans un « futur » post-apocalyptique… en 1997! Pour ce qui est du Scaphandrier, le sort du film a été bien différent au niveau de la critique : elle n’a pas été tendre à l’endroit de cette histoire d’horreur maritime se déroulant en Gaspésie.

La soirée du 4 novembre est concoctée par les programmateurs de Fantasia et rassemble un peu plus d’une dizaine de courts-métrages qui seront suivis d’une animation par un DJ. Scénario semblable pour le samedi 5 novembre, avec cette fois-ci une sélection de science-fiction proposée par le festival Spasm, complétée par un « cabaret trash ». Il s’agira d’une grosse soirée pour les fans qui se verront invités dans plus de vingt univers, pour autant de courts.

On ne peut que saluer l’initiative de ce nouvel événement qui vient bonifier l’activité culturelle saguenéenne. Cette première édition fait toutefois état de moyens modestes : une sélection effectuée en grande partie par des festivals déjà existants, un programme qui détaille très peu les œuvres présentées. On peut se demander si le festival pourra trouver assez de productions québécoises de qualité dans son créneau année après année. Mais si l’objectif est de réunir les amateurs autour d’intérêts communs, l’événement risque de remporter un franc succès.

Frissons du nord: du 3 au 5 novembre, Le Sous-Bois