//Bilan positif pour le Salon de l’emploi 2016

Bilan positif pour le Salon de l’emploi 2016

docsite_salondelemploie15-672x372
Les représentants des entreprises présentes au salon de l’emploi dressent un bilan positif de l’événement qui a eu lieu le 16 novembre dans le centre social de l’UQAC.

« L’aspect relationnel initialement, c’est lui qui est le plus important. C’est toujours extrêmement important entant qu’entrepreneur de pouvoir être mis en contact avec des gens à l’extérieur du réseau, avec des étudiants et des finissants. »  Keyven Ferland, Président fondateur de La Web Shop.

Écoutez l’entrevue de Keyven Ferland et François Gagné, les présidents d’honneur du Salon de l’emploi 2016. (François Gagné est président des ressources humaine et développement des affaires chez Métatube).

« C’est sûr qu’on comprend que quand les gens viennent à l’université à Chicoutimi, sont pas pilotes. Donc c’est ce qu’on recherche. On recherche des gens qui sont diplomés, dans l’industrie, parce que ça montre le sérieux des gens.»

Écoutez l’entrevue de Raphaël Tremblay, instructeur et Capitaine chez ExactAir).

« L’avantage c’est d’être là avec des finissants, des jeunes qui ont une perception peut-être négative un petit peu du domaine financier pis de l’assurance. […] C’est d’essayer de prévenir un peu avant de guérir sur ce qui vont entendre pis ce qui voient déjà […] par rapport à l’assurance, mais au contraire, c’est tellement quelque chose d’enrichissant quand on est dans ce domaine-là. »

Écoutez l’entrevue de Steeve Gagne, directeur des ventes chez la Financiere Sun Life).

« Venir ici, ça nous permet de mettre un visage sur le nom, pis on se fait connaitre aussi, pis ça nous permet de dialoguer avec les futurs candidats. […] On peut combler des postes ici. »

Écoutez l’entrevue de Xavier Grenon, ingenieur mécanique industriel chez Cegertec WorleyParsons).

Seule ombre au tableau, les organisateurs de la rencontre ont observé une légère baisse de l’achalandage étudiant. Questionné sur les causes possible de cette réalité, Samuel Taillon, agent de liaison à l’ADUQAC, souligne que plusieurs facteurs seront étudiés en vue de la prochaine édition à l’automne 2017.

«On a appris beaucoup de cette deuxième édition et nous sommes très heureux qu’un plus grand nombre d’entreprises ai été présentes. Nous voulons repenser la promotion de l’événement et en apprendre plus sur les attentes qu’ont les étudiants et l’ensemble de la population pour une tel journée. Certains étudiants m’ont dit qu’ils croyaient que le Salon de l’emploi n’était réservé qu’aux finissants, alors que toute la population et les étudiants en début de parcours y sont aussi invités. L’objectif du Salon est de permettre à tous ceux qui sont à la recherche d’un emploi de rencontrer, en personne, les recruteurs et leur remettre leur CV s’ils le désirent. Nous allons donc travailler à ce que les gens saisissent cette opportunité et qu’ils n’hésitent pas à prendre leur avenir en main comme le dit le slogan! »

Rappelons que c’était la seconde édition organisée par l’Association des diplômés de l’UQAC (l’ADUQAC) et la 38e de l’histoire de l’UQAC.