Inauguration du Pavillon de la culture des peuples autochtones Rio Tinto

Ce matin avait lieu l’inauguration officielle du pavillon voué aux peuples autochtones sur le campus saguenéen. Plusieurs intervenants se sont adressé aux nombreux invités présents. Rio Tinto a fourni le financement de ce lieu qui sera occupé par le Centre des Premières Nations Nikanite (CPNN), La Boîte Rouge Vif et la Halte-Garderie.

15137499_10154794770134407_1456286209630954669_o
La coupe du ruban par les personnalités impliquées dans la réalisation du nouveau pavillon, Chicoutimi, 25 novembre. Photo: Service des communications et des relations publiques, UQAC

En ouverture de la cérémonie, l’aîné Paul-Arthur Mackenzie a consacré les lieux par une prière, un chant, et beaucoup d’humour. Avec le tambour sacré, celui-ci a même réussi à faire danser le recteur Martin Gauthier. Plusieurs personnes présentes lui ont emboîté le pas.

Monsieur Alexis Segal, vice-président aux communications et relations externes chez Rio Tinto, a souligné que l’investissement de sa compagnie dans ce nouvel édifice visait à reconnaître l’apport des Premières Nations dans le développement culturel et industriel au pays. Le pavillon représente pour lui un pont (d’aluminium, a-t-il spécifié) entre les cultures.

img_0038_ceuc
L’aîné Paul-Arthur Mackenzie a bien fait rire l’assistance, dont le directeur du CPNN Marco Bacon, à gauche. Photo: Stéphane Boivin / CEUC

Le recteur Martin Gauthier a déclaré : « Je tiens à remercier nos partenaires, sans qui ce projet n’aurait pu se concrétiser. Votre soutien nous permettra d’offrir aux étudiants autochtones un environnement d’études à leur image, tout en répondant avec davantage de précision à leurs besoins de formation universitaire. »

Le Chef du conseil de bande de Mashteuiatsh Gilbert Dominique a de son côté souligné l’importance de l’UQAC dans le développement des communautés. Une grande partie des ressources administratives, communautaires et éducatives de la communauté innue du Lac-Saint-Jean sont diplômées de l’institution. En éducation spécifiquement, le chef Dominique a indiqué que, désormais, près de 90% du personnel enseignant dans la communauté est d’origine autochtone, ce qui était impensable il y a quelques années.

Le don d’une collection de 500 livres sur l’autochtonie, par l’auteur algonquin Michel Noël au centre de documentation du CPNN, a également été souligné.

4
Le Pavillon de la culture des peuples autochtones Rio Tinto. Photo: Alexandre Simard, architecte.
Importantes distinctions

Cette inauguration a eu lieu au lendemain de la remise d’importantes distinctions à trois membres des Premières Nations. La médaille de l’UQAC, dont aucun exemplaire n’avait été remis depuis 2004, a été présentée à Edith Cloutier, directrice du Centre d’amitié autochtone de Val d’Or, à Clifford Moar, ancien chef de la communauté de Mashteuiatsh, ainsi qu’à l’artiste attikamek Jacques Newashish. Ces distinctions visent à récompenser les contributions exceptionnelles de ces personnes au développement social et culturel des peuples autochtones.

Cette journée d’inauguration s’est conclue par la projection du film Indian Time du réalisateur Carl Morasse, dont nous vous parlions hier.

La semaine prochaine, vos Communications étudiantes vous présenteront un dossier étoffé autour de l’inauguration de ce nouveau pavillon. À surveiller dès mardi sur CEUC.ca et dans les pages du Griffonnier 116 à paraître le premier décembre.

Notre dossier sur l’inauguration du Pavillon de la culture des peuples autochtones:

Un pavillon pour les cultures autochtones

Rassembler les services aux Premières nations

Indian Time: Donner la parole

Centres d’amitié autochtone: Combattre la stigmatisation

Laisser un commentaire