Exposition Les États Transitoires

Les étudiants de la première année de la Maîtrise en art présentent leur travail à la Galerie l’Oeuvre de l’autre jusqu’au 14 décembre. Éclectique, l’exposition propose les œuvres de 16 artistes dans les disciplines des arts visuels, du théâtre, du cinéma et de la performance,  autour de la thématique « Les États transitoires ».

img_1343
Le vernissage de l’exposition a eu lieu le 30 novembre dernier. Photo: Nathalie Villeneuve

L’exposition résulte des travaux effectués dans le contexte du cours Production et démarche critique donné par Marcel Marois. Ce cours axé sur la création permet également aux étudiants un retour critique sur leur approche. L’exposition en cours est une étape des plus enrichissantes pour les artistes qui voient leur travail rencontrer un public. Pour la performeuse Isabelle Girard, la présentation des œuvres est le résultat d’un long processus.

 « Le projet nous a permis d’approfondir et d’intégrer plusieurs manières d’aborder nos propos. C’est une expérience vraiment intéressante de pouvoir déployer, se livrer, transmettre, partager au public ce qu’on fait comme travail. Ça peut nous amener plus loin et plus haut dans la création. »

Notre entrevue avec Ibelle, Izabelle Girard et Sylvie Lavoie

Une exposition variée

Comme c’est souvent le cas pour ce type d’exposition collective, l’ensemble est hétéroclite et quelque peu inégal. C’est un avantage puisque le spectateur reçoit plusieurs propositions, dont certaines sont susceptibles de le toucher. C’est aussi un inconvénient, parce qu’il peut être difficile de s’ouvrir à autant d’univers juxtaposés.

img_0057-copy
Karine Locatelli, État transitoire 1, détail. Photo: CEUC

L’œuvre État transitoire 1 de Karine Locatelli occupe une place de choix au centre de l’espace. Sur un large plan horizontal, une myriade de traits à l’encre de chine crée une sorte de topographie dont l’esthétique rappelle les gravures anciennes.

Joanie Simard propose quant à elle un étonnant triptyque. De grandes formes donnent l’impression d’éléments tissés. On croit d’abord à des objets utilitaires d’inspiration autochtone, avant de constater que le tout est composé de gélules remplies d’épices de différentes couleurs. Une œuvre qui séduit par sa simplicité et son ingéniosité.

En visitant l’Oeuvre de l’autre jusqu’au 14 décembre, on pourra donc découvrir les démarches et les esthétiques de nombreux artistes dont il sera possible de suivre le développement au cours des prochaines années, à travers leurs recherches à la maîtrise.

Les États transitoires, jusqu’au 14 décembre

 

Laisser un commentaire