//Souvenirs de traditions fragmentées

Souvenirs de traditions fragmentées

Les traditions ? Allez ! Je vous en remets une couche ? Les traditions aussi sont fragmentées ! Du moins, mes souvenirs de quelques traditions le sont.

Par Emmanuel Trotobas

Les Fêtes de fin d’année ne sont plus celles que j’ai connues, il y a… Il y a… Il y a quelques dizaines d’années. Avant que je ne prenne mon envol, mais surtout avant que, du côté de mes grands-parents, il y ait cette absence, ce morcellement familial involontaire normal. Avec personne pour prendre en charge les Fêtes suivantes. De temps en temps, cela pouvait arriver, quelqu’un se proposait d’organiser quelque chose, mais on n’a jamais retrouvé la même ambiance. C’est ainsi. J’avais donc pris mon envol parce qu’il fallait bien partir; j’avais pris mon envol et découvert d’autres façons de vivre, de fêter, de se rassembler, et ce, avant même la mort de mon grand-père. Un autre départ.

ggzstfhd0w8-les-anderson
Photo: Les Anderson / Unsplash.com

J’ai sûrement voulu inconsciemment retrouver ce genre de fêtes, tout en désirant en apprendre sur ce qui se passait ici. Je voyais plus de commerces sur ce continent qui étaient impliqués dans les festivités, mais je n’étais plus là-bas pour pouvoir comparer.

Et les commerces participaient à la fragmentation des traditions, au mélange des folklores. On nous parle de Noël, et du père Noël, de Santa Claus, et de tout ce qui s’y ramène, et puis il y a tout ce qui est proche du jour de l’An. On passe le solstice ! La lumière est célébrée. Mais pourquoi tant de cadeaux ? Et cette obligation que beaucoup de gens se donnent ? Les membres de la famille entre eux, etc. ? Comme aux anniversaires…

Les traditions ne sont plus ce qu’elles étaient. Le plus important, c’est que nous trouvions, il me semble, du sens dans nos vies, dans nos façons de grandir, de vieillir, d’établir des rites et de se respecter dans tous ces aspects.

À quoi serviraient les traditions si elles n’existaient que pour répéter inlassablement ce qui a été sans qu’on songe à les adapter, à l’image de perroquets infatigables qui répètent les mêmes mots sans se poser de questions ? Alors qu’au final, la vie nous appelle au mouvement. Les récoltes, les jachères suivant les rythmes des saisons et des planètes observées l’illustrent bien. Par ailleurs, nous pouvons encore constater de telles pratiques, en agriculture biodynamique par exemple.

En conclusion, je nous souhaite de trouver et partager de belles ambiances, traditionnelles ou non, pour le temps des Fêtes. Et peut-être même lèverez-vous un verre de vin biodynamique pour l’année prochaine que je vous souhaite agréable !

Ce texte a été publié dans Le Griffonnier 116

À cours de lecture entre deux repas de famille? Les archives du Griffonnier sont en ligne sur Issuu