La Boîte Rouge vif: 25 ans de co-création

La Boîte Rouge vif (BRV), un organisme culturel autochtone affilié à l’UQAC, présente dès ce soir une exposition rétrospective célébrant ses vingt-cinq années de travail auprès des communautés. Intitulée Vision d’(En)semble, l’exposition est présentée à la galerie universitaire l’Oeuvre de l’Autre jusqu’au 8 février. Nous avons rencontré François-Mathieu Hotte et Olivier Bergeron-Martel, tous deux chargés de projet à la BRV.

La Boîte Rouge vif est un organisme de recherche-action dont les activités, qui se déclinent en plusieurs volets, sont concentrées autour de la co-création, de la transmission et de la revalorisation des savoirs autochtones au niveau du design et de l’art. Selon Olivier Bergeron-Martel, la collaboration est au centre des activités de l’organisme.

« Les dessous de notre travail, c’est la co-création, être imprégnés de la culture de l’autre. Est-ce que c’est une personne autochtone qui a pris le contrôle de la souris et du clavier pour faire le montage? Pas nécessairement. Mais il y a tellement d’impulsions qui nous viennent des gens et des communautés dans ce travail. Ce n’est pas une création complètement libre, on se donne des contraintes. On veut porter un message, porter une voix qui est collective. Pour y parvenir, forcément, il y a plein de monde dans le bateau. »

Notre entrevue intégrale avec les membres de la Boîte Rouge Vif

La feuille de route de la BRV est impressionnante, même si ses activités des vingt-cinq dernières années sont plutôt méconnues de la communauté universitaire. Parmi ses grandes réalisations, on retrouve notamment la mise sur pied de l’exposition permanente dédiée aux premières nations au Musée de la civilisation de Québec. Ce processus s’est effectué en étroite collaboration avec l’ensemble des nations présentes sur le territoire québécois. Cette approche collaborative est en quelque sorte la signature de la BRV.

C’est pour mettre en valeur ces riches expériences qu’a été préparée l’exposition qui prend l’affiche ce soir à l’Oeuvre de l’Autre. Vision d’(En)semble propose donc à la fois un compte rendu des activités et des approches spécifiques de l’organisme ainsi que des créations résultant  de ses nombreux projets. François-Mathieu Hotte décrit ce qu’on pourra y voir.

« On y retrouvera de la photographie, de la vidéo, du texte, de l’imagerie. Il y aura de la poésie, de la photographie documentaire. On essaie de présenter ça pour que ce soit une exposition autant informative que poétique. »

Lancements d’ouvrages

À l’occasion du vernissage ce mercredi 18 janvier, deux ouvrages seront également lancés. Le premier origine de la Boîte Rouge vif. Voix, visage et paysages : Les premiers peuples et le 21ième siècle est un catalogue des activités de l’organisme. L’ouvrage se veut surtout visuel et se base largement sur des citations directes de participants aux projets. Le second ouvrage, plus proche du livre d’artiste, est signé par le professeur Michaël Lachance et l’artiste autochtone Richard Robertson et s’intitule Les bruits et les feux de l’Ouiatchouan. Les archéologies poétiques de Richard Robertson. Les deux publications seront disponibles lors du vernissage.

Laisser un commentaire