//Trois nouveaux concours pour l’entrepreneuriat

Trois nouveaux concours pour l’entrepreneuriat

La députée de Chicoutimi Mireille Jean a annoncé ce matin la création de trois concours visant à stimuler l’entrepreneuriat. Celle qui avait identifié l’entrepreneuriat comme domaine prioritaire lors de l’élection partielle du printemps 2016 passe de la parole aux actes en s’associant à des partenaires de plusieurs secteurs.

La députée de Chicoutimi Mireille Jean est entourée d’Alexandre Harvey (AEPIHS), de Wilson Angarita (FEC) et de Patrick Moisan (Bang). Photo: AEPIHS / Facebook

 La députée compte ainsi faire de son bureau de comté « une plateforme favorable à l’émergence de l’entrepreneuriat  à Chicoutimi ». Il s’agit là d’une orientation qu’avait également mis de l’avant son chef Jean-François Lisée lors de son passage dans la région en janvier. Une partie des sommes composant les bourses proviendra du bureau de madame Jean alors que les organismes impliqués iront également de leur contribution. Dans son ensemble, le projet devrait représenter un investissement de près de 80 000$.

Mireille Jean a insisté sur l’importance d’encourager la créativité et l’innovation au cœur de différents milieux. Ainsi, les concours s’adresseront aux projets de l’industrie et des services, mais aussi à l’entrepreneuriat communautaire et culturel.

Trois organismes tiendront donc autant de concours. L’Association des entreprises du Parc industriel du Haut-Saguenay (AEPIHS) s’adressera au champ de l’entrepreneuriat industriel alors que le Fonds d’entraide communautaire (FEC) se chargera du domaine communautaire. Enfin, le Centre d’art actuel Bang chapeautera quant à lui une initiative liée au monde culturel.

Chaque organismes proposera un concours flexible adapté aux réalités de son milieu. Les modalités de chacun de ces concours seront dévoilées dans les prochaines semaines. Nous savons cependant qu’ils auront en commun d’offrir une bourse et un encadrement aux projets sélectionnés. Mireille Jean précise cet objectif de diversité.

« Il était important pour moi d’offrir un concours flexible, un concours qui s’adapte à l’entrepreneur et son projet et non l’inverse. Pour moi, on a certes l’entrepreneuriat industriel ou de services, mais, tout aussi important, on a aussi l’entrepreneuriat technologique, artistique, sportif, touristique, communautaire, etc. »

Entrepreneuriat culturel

Le Directeur adjoint du Centre d’art actuel Bang, Patrick Moisan, salue l’inclusion du domaine culturel dans le projet de la députée. Ce type d’initiative est trop souvent pensé dans une dimension économique assez rigide. Pourtant, le Centre d’art actuel Bang présente, à lui seul, un chiffre d’affaire annuel de près d’un million de dollars.

« Nous travaillons d’arrache-pied afin de faire connaître à la population que nos artistes sont également des entrepreneurs et qu’ils sont partie prenante de notre économie régionale. C’est d’emblée que nous embarquons dans ce projet sur l’entrepreneuriat que nous a proposé madame Jean. ».

Les partenaires approchés par le bureau de la députée auraient tous réagi avec enthousiasme à la proposition. À travers ces concours, Mireille Jean espère encourager les entrepreneurs potentiels, les faire connaître, démystifier les défis de l’entrepreneuriat et susciter une certaine effervescence dans son comté.