Affiliation nationale : l’heure du vote

Les 12 et 13 avril sont les journées attribuées à la consultation référendaire sur laquelle la communauté étudiante est appelée à se prononcer. Ce référendum concerne l’affiliation à l’Association pour une voix étudiante au Québec (AVEQ), une organisation émergente. Nous avons rencontré les représentants de deux associations nationales, soit l’AVEQ et l’Union étudiante du Québec (UEQ) afin de vous aider à faire un choix éclairé.

Source: voting.org

L’affiliation à l’AVEQ est soutenue par le MAGE-UQAC qui y voit plusieurs avantages, à commencer par une meilleure représentation dans les dossiers nationaux touchant la communauté universitaire saguenéenne. L’AVEQ origine de la Table des régions, un rassemblement au sein duquel le MAGE-UQAC a œuvré après sa désaffiliation de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) en 2013.

Positions de l’AVEQ

L’AVEQ affirme vouloir représenter la diversité des préoccupations des régions et des centres urbains. Elle compte actuellement deux associations membres officielles, soit la Concordia student union (CSU) et l’Association étudiante de l’Université du Québec à Rimouski  (AGECAR). Quant au MAGE-UQAC, l’association participe aux travaux de l’AVEQ sans toutefois en être membre. C’est pour le devenir que l’association étudiante de l’UQAC sollicite les votes.

L’AVEQ fait valoir la représentativité des universités régionales (une problématique qui avait amené l’UQAC à se désaffilier de la FEUQ) en mettant de l’avant le principe « une association, un vote ». Elle affirme vouloir participer aux luttes et problématiques locales.

Notre entrevue avec Christopher Gyorffy de l’AVEQ

L’AVEQ identifie trois chantiers prioritaires, soit la diminution des frais de scolarité dans une perspective de gratuité, la rémunération des stages ainsi que l’opposition aux pipelines et gazoducs. Par ailleurs, l’association souhaite rendre possibles des projets de recherche dont les sujets émaneraient de ses membres, comme la couverture d’assurance santé des étudiant.es internationaux.nales ou l’effet de l’austérité sur les universités régionales.

Les autres options

La consultation de cette semaine ne concerne que l’affiliation à l’AVEQ, selon le mandat obtenu par MAGE-UQAC en assemblée. Aucune opposition réelle ne s’est jusqu’ici manifestée contre l’affiliation. Une page Facebook faisant valoir l’indépendance de MAGE-UQAC a bien diffusé quelques messages d’opposition, avec une portée des plus limitées. On y dénonce le manque d’information pour effectuer une décision éclairée. Cette timide opposition n’a toutefois pas fourni d’argument véritable en faveur de cette indépendance. Le camp du « Oui » a quant à lui développé un argumentaire et n’a pas lésiné sur les moyens pour rejoindre la communauté. L’efficacité de cette démarche sera démontrée ou infirmée par le taux de participation au vote.

Par ailleurs, certains observateurs ont remis en question la partialité de MAGE-UQAC dans le libellé de la question et dans sa mobilisation pour l’affiliation. Devant la faible participation de la communauté étudiante aux décisions politiques internes, une situation qu’admet le MAGE-UQAC, la légitimité du mandat obtenu en vue de l’affiliation a également pu être mise en cause.

Deux autres associations nationales existent présentement. L’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) n’a pas démontré d’intérêt pour intégrer le MAGE-UQAC dans ses rangs. Elle n’a pas non plus répondu à nos sollicitations pour lui permettre d’exprimer ses positions.

Quant à l’UEQ, elle respecte le mandat obtenu par MAGE-UQAC de privilégier l’AVEQ. Ses représentants sont cependant venus présenter leur philosophie et leurs positions dans nos studios.

Notre entrevue avec Guillaume Lecore et Nicolas Lavallée de l’UEQ

Importance du vote

Qu’on soit pour ou contre l’affiliation à l’AVEQ, il est important de voter à partir du courriel que recevra cette semaine la communauté étudiante dans la boîte officielle de l’UQAC. Au-delà des effets que pourrait avoir cette affiliation sur les activités de MAGE-UQAC, il est souhaitable que la participation de la communauté fasse état d’une position forte démontrant la légitimité de la décision, quelle qu’elle soit.

Sur le même sujet:
La voix étudiante ne répond plus

Démocratie en cours

Laisser un commentaire