//Portrait de Nicole Bouchard, première rectrice de l’UQAC

Portrait de Nicole Bouchard, première rectrice de l’UQAC

Hier 21 juin, le Gouvernement du Québec annonçait la nomination de Nicole Bouchard au titre de prochaine rectrice de l’Université du Québec à Chicoutimi. Nicole Bouchard devient ainsi la première femme à occuper ce poste dans l’institution. Un poste qu’elle occupe officiellement dès aujourd’hui.

Par Stéphane Boivin

Nicole Bouchard Photo: Guylain Doyle

Il s’agit de l’aboutissement d’un processus s’étant enclenché en novembre 2016, lorsque le recteur sortant Martin Gauthier annonçait ne pas souhaiter renouveler son mandat face au mécontentement de la communauté universitaire. Nicole Bouchard l’emporte sur Étienne Hébert, un candidat plus jeune, moins expérimenté et davantage associé à l’administration précédente.

Elle avait reçu publiquement l’appui du syndicat des professeurs de l’UQAC, l’un des groupes les plus influents au sein de l’université. Elle siégeait par ailleurs au Conseil d’administration de l’institution saguenéenne.

Une grande expérience au sein du réseau

Nicole Bouchard a complété un baccalauréat en théologie à l’UQAC en 1982, et poursuivi des études supérieures en théologie pratique à l’Université de Montréal jusqu’au milieu des années 1990. Chargée de cours à 25 ans, elle enseigne à l’UQAC dès 1990 et devient doyenne des études de cycles supérieurs et de la recherche pour un mandat de cinq ans en 2006. Elle occupe ensuite le même poste à l’Université du Québec à Trois-Rivières en 2011-2012, avant de revenir à son alma mater pour renouer avec l’enseignement.

Les recherches de Nicole Bouchard ont touché à l’éthique ainsi qu’aux rites de passages. Elle a notamment développé une expertise dans le champ du deuil, des recherches qui l’ont amenée à développer le portail Le Passage, un espace de discussion et de réflexion sur la mort. Elle a par ailleurs publié de nombreux textes scientifiques et grand public. Elle s’est aussi fortement intéressée à l’éducation au cours de ses 27 années à l’emploi de l’université du Québec. Une expérience de la gestion universitaire qui manquait à son vis-à-vis.

La vision de Nicole Bouchard

La nouvelle rectrice de l’UQAC s’est impliquée dans un comité d’auto-affirmation qui s’est formé à l’UQAC après qu’un climat morose soit devenu manifeste chez plusieurs corps de métier.  Bien qu’elle soit associée à la fronde contre l’administration sortante, Nicole Bouchard affirme avoir toujours travaillé dans le respect et le dialogue.

Lors de sa présentation à la communauté le 2 mai dernier, Nicole Bouchard a plusieurs fois référée aux points relevés par ce comité. Elle a affirmé avoir ressenti une grande détresse dans les propos du personnel, à laquelle elle compte opposer plusieurs espaces de discussion et d’échanges, une administration plus inclusive.

« Nous ne pouvons plus nous permettre d’être divisés »

Nicole Bouchard avait alors identifié cinq enjeux qui teinteront son mandat, soit le climat organisationnel, la saine gestion, la consolidation et le développement de la recherche, la pertinence et la qualité des programmes et le positionnement et le rayonnement régional.

Malgré une situation financière inquiétante de l’institution, elle promet de ne pas rouvrir les conventions collectives. Elle compte mettre sur pied un plan de redressement sur 2 ou 3 années et concevoir un plan stratégique d’ici la fin de l’année 2017.

La présentation du 2 mai avait beaucoup plu grâce à l’assurance et au franc-parler de madame Bouchard. Un discours qui nous avait semblé axé sur les employés davantage que sur les étudiant.es.

Dans un courriel envoyé à l’ensemble de la communauté universitaire ce matin, Nicole Bouchard a réaffirmé l’importance du dialogue dans sa vision du rectorat :

« Nous avons de grands défis à relever comme communauté. Nous n’y arriverons qu’à condition de travailler ensemble, avec générosité, à la réalisation de la mission qui nous est confiée comme institution de développement du savoir. Notre volonté, notre engagement, et notre capacité d’œuvrer ensemble pour relever les défis de demain nous permettront d’assurer la réalisation de cette mission. Nous saurons continuer d’assurer l’accessibilité de la formation en région; nous saurons aborder de front les enjeux entourant le financement de la recherche; nous saurons donner un nouveau souffle au développement de partenariats avec les communautés que nous desservons. »

C’est donc une rectrice au profil fort différent de son prédécesseur qui gouvernera l’université à travers une période décisive et critique de son histoire. Le parcours en sciences humaines de Nicole Bouchard contraste fortement avec celui de gestionnaire de Martin Gauthier. Il reviendra à la nouvelle rectrice d’instaurer un climat qui permettrait de faire baisser les tensions au sein de l’institution et de la sortir de la crise qui l’encombre depuis plusieurs années.