Série de nominations à l’UQAC

Le mouvement continue au sein de l’administration de l’université, dans la foulée de la nomination de la rectrice Nicole Bouchard. L’institution annonçait ce matin la nomination de quatre personnes dans des postes importants. De ces quatre, deux nouveaux visages s’intègrent à l’équipe de gestion de l’UQAC.

Par Stéphane Boivin

Martine Rioux, Guylaine Boivin, Simon Latulippe et Claude Gilbert. Photos, de gauche à droite: Courtoisie, Rocket Lavoie, Courtoisie, Denis Blackburn.

Le communiqué diffusé ce matin par le Service des communications et des relations publiques concerne les postes clés de vice-rectrice aux ressources (Martine Rioux), de registraire (Simon Latulippe) ainsi que celui de Directrice du Bureau de l’international (Guylaine Boivin).

Une nouvelle direction

À ces trois postes déjà existants se greffe une nouvelle entité dans l’organigramme de l’UQAC. Il s’agit du Directeur de la planification et du développement stratégique, qui sera occupé par Claude Gilbert pour un mandat de deux ans.

Monsieur Gilbert était Agent de recherche au sein du Décanat de la recherche et de la création, un poste qu’il occupait depuis 2003, après une quinzaine d’années en tant que chargé de cours spécialisé en Histoire religieuse.

À ce titre, nos recherches indiquent que Claude Gilbert a collaboré avec Nicole Bouchard dans les années 1990 au sein de projets de recherche en sciences sociales ( ici et ici).

L’organigramme de l’UQAC sera modifié à partir de cette version de l’automne 2016. Source: http://www.uqac.ca/direction_services/secretariat_general/documents/organigramme.pdf

Cette nouvelle Direction de la planification et du développement stratégique s’insère dans les plus hautes strates de l’organigramme de l’UQAC et dépendra directement du rectorat. Elle répond à la préoccupation énoncée par Nicole Bouchard à propos de l’absence d’un plan de redressement de l’institution. La nouvelle rectrice de l’UQAC avait également identifié comme priorités la consolidation et le développement de la recherche, la révision de la pertinence et de la qualité des programmes ainsi que le rayonnement régional de l’université. Ces aspects devraient incomber en grande partie à ce nouveau poste.

Du sang neuf aux ressources

En remplacement de Dominique Bouchard, qui annonçait son départ fin juin, Martine Rioux devient Vice-rectrice aux ressources pour un mandat de deux ans. Madame Rioux est une nouvelle venue à l’UQAC. Elle est forte d’une grande expérience administrative, ayant occupé plusieurs postes de direction au sein du réseau de la santé et des services sociaux. Selon le communiqué émis par l’UQAC, madame Rioux « se démarque par son souci d’adapter les processus administratifs aux besoins organisationnels en misant sur la mobilisation de tous les employés. ». Des atouts qui répondent directement aux problématiques ayant émergé sous l’administration sortante.

Registraire de l’UQAC

Simon Latulippe est nommé à titre de Registraire de l’UQAC pour un mandat de deux ans. Monsieur Latulippe agissait à titre de Directeur du Service aux étudiants de l’Université du Québec en Outaouais depuis 2014. Il compte une expérience d’une dizaine d’années dans différents postes de gestion au sein de cette institution. Son expertise s’est notamment déployée auprès de la communauté étudiante.

Guylaine Boivin à l’international

C’est l’avocate et membre du barreau Guylaine Boivin qui dirigera le Bureau de l’international. Madame Boivin agissait depuis 2002 comme conseillère juridique à l’UQAC. Elle était également attachée au Cabinet du recteur, quelle a dirigé sous l’administration sortante.

Ce mandat d’une durée de quatre ans dans un secteur névralgique de l’UQAC répond encore une fois à une préoccupation de la rectrice Nicole Bouchard. Celle-ci avait soulevé des questions quant à l’éthique et à la transparence , notamment au niveau des pratiques de gestion du Bureau de l’international.

Un avant-goût d’une nouvelle gestion

La rectrice Nicole Bouchard s’était entre autre engagée, pour ses cent premiers jours, à rassembler une équipe qui enverrait un signal positif à la communauté universitaire. Cette équipe prend rapidement forme, trois semaines à peine après sa nomination.

Pour chacune des quatre nominations annoncées aujourd’hui à des postes clés de l’institution, le communiqué a insisté sur les qualités humaines des individus. Une dimension à laquelle la nouvelle administration accorde la plus grande importance en ce temps de « crise » au sein de l’université. La rentrée qui vient devrait nous permettre d’apprécier la capacité de cette nouvelle équipe à rétablir un climat de confiance à l’UQAC.

Laisser un commentaire