//La conduite au Saguenay

La conduite au Saguenay

Nombre d’entre vous arrivent des diverses régions du Québec et d’ailleurs. Voici donc un petit guide à saveur régionale pour les gens qui ont appris à conduire selon le Code de la route du Québec  – merveilleux code officiel qui, de façon générale, s’applique à l’ensemble des régions du Québec.

Photo: Hermes Riviera / Unsplash.com

Par Laura Landry

En débutant votre expérience de conduite sur les routes de votre région d’accueil, vous constaterez sans doute de nombreuses « modifications » non officielles aux lois et règlements du Code de la route du Québec. On retrouve de ces habitudes de conduite un peu rebelles dans toutes les régions de la province, mais ici, elles sont particulièrement répandues et plus flagrantes.

J’ai donc décidé de partager avec ironie les différentes modifications non officielles du Code de la route que vous côtoierez régulièrement sur les routes saguenéennes, et ce, dans le but de faciliter votre compréhension et de minimiser les moments de frustration. Cela dit, je ne vous encourage aucunement à adopter ces « modifications ».

Les panneaux d’arrêts à quatre directions

Certainement celui qui m’a fait le plus rager, jusqu’à ce que je comprenne le fonctionnement non écrit.

Ce que dit le Code de la route : l’automobiliste doit immobiliser complètement son véhicule derrière la ligne blanche, regarder dans tous les sens. Le premier à compléter cette étape peut alors repartir dans la direction choisie.

La version régionale : pour pouvoir procéder à un arrêt quatre directions, il faut « gagner » l’arrêt. Pour gagner l’arrêt, il faut s’immobiliser en prenant soin de dépasser la ligne blanche le plus possible (s’immobiliser derrière la ligne blanche fait assurément perdre le droit de passage). Si vous vous arrêtez derrière la ligne blanche, les gens considèrent que vous passez votre tour. Ainsi, l’automobiliste le plus avancé dans l’intersection gagne généralement l’arrêt, peu importe son ordre d’arrivée. Vous constaterez aussi que plusieurs automobilistes ne font pas les arrêts s’il n’y a pas d’autres automobilistes à moins de 30 mètres de l’intersection.

Les dépassements par la droite

On pourrait croire que les voies avec une flèche au sol tournant à droite signifient que cette voie est réservée aux virages, mais n’en croyez guère! En fait, cette voie est polyvalente : elle sert aussi à dépasser tout véhicule qui ne roule pas suffisamment rapidement à notre goût, même si cela signifie une négociation très serrée lorsque viendra le temps de converger. Si ça permet de dépasser une ou deux voitures, c’est une nécessité.

Les feux rouges trop longs ou deux virages à droite sur feu rouge pour aller tout droit

Si le feu rouge est trop long au goût de l’automobiliste devant vous, ne vous surprenez pas s’il tente cette manœuvre, il peut simplement passer sur le feu rouge ou tenter les deux virages à droite pour sauver de précieuses secondes.

Les traverses de piétons

En tant que piéton, ces traverses vous garantissent très peu de sécurité, voire aucune. Il se peut que vous vous fassiez klaxonner en en utilisant une, ceci peut aussi arriver quand vous marchez sur le trottoir et qu’il y a une entrée pour les automobiles. Notez également que si vous êtes un automobiliste qui s’arrête à une traverse de piétons pour laisser passer une personne, il est possible que vous vous fassiez klaxonner. Restez calme et gardez vos bonnes habitudes !

Les clignotants

Le moins possible s’il vous plaît, car après tout, ce ne sont pas les affaires des autres de savoir où l’on veut tourner.

Les virages quand il y a plusieurs voies

Il est généralement admis qu’on termine le virage dans la voie qui nous convient le mieux et non celle prévue par le Code.

Conduire sur les pistes cyclables

Si ça peut servir de raccourci et vous éviter la congestion, pourquoi pas ? Coureurs et cyclistes, il est fort possible que vous fassiez des rencontres automobiles sur de courtes sections de pistes cyclables.

Voilà ce qui conclut la liste des modifications non écrites et gardons à l’esprit que, malgré tout cela, il y a de nombreux automobilistes qui sont bons et courtois sur ces routes : ne perdons pas espoir.

Envers et contre tous, je vous encourage de tout cœur à continuer de respecter le Code de la route du Québec et de servir d’exemple !.