//Faune américaine à la galerie La Corniche

Faune américaine à la galerie La Corniche

Amis depuis près de vingt-cinq ans, les américains Douglas Miller et Kevin Titzer se partagent les murs de la galerie La Corniche jusqu’au 13 octobre.

Par Stéphane Boivin

Originaire de l’Indiana, l’artiste Kevin Titzer est installé au Saguenay depuis quelques années. À l’invitation de la galeriste Chantale Hudon, il agit désormais à titre de commissaire pour La Corniche. Une exposition collective présentée plus tôt cette année comprenait quelques œuvres de son compère Douglas Miller, qui avaient beaucoup attiré l’attention. Celui-ci est de retour cet automne pour une exposition qui lui est presqu’entièrement dédiée. Titzer y a greffé quelques uns de ses étranges personnages.

Miller enseigne le dessin et l’Histoire de l’art à l’Université de Louisville au Kentuky. Les dessins présentés à Le Corniche mettent de l’avant une technique impressionnante, tendue entre une grande précision et l’approximatif. L’artiste se consacre dans cette exposition à des portraits d’animaux sauvages nord-américains. Leur représentation extrêmement réaliste tend à se suspendre jusqu’à la plus simple expression du dessin.

« Tout le monde commence par dessiner des animaux, des chats, des chiens. Depuis les peintures rupestres, c’est un sujet privilégié. Il y a une mystique avec les animaux que nous avons toujours voulu documenter, enregistrer, interpréter. Nous partageons le monde mais il y a cette distance entre les animaux et nous. Un ours et un hibou n’ont pas la même relation entre eux qu’un humain et un ours. Je m’intéresse à ces relations. »

Si la faune tend à fuir les regards et les intrusions humaines, les dessins de Douglas Miller permettent d’observer ses formes, ses couleurs, ses anatomies à travers des représentations qui semblent vouloir prendre vie. Cette ambiguïté entre le réel et sa représentation, entre le fini et l’infini, laisse au spectateur un rôle des plus enviables.

Un quart d’heure avec Douglas Miller et Kevin Titzer (En anglais)

 

Douglas Miller et Kevin Titzer. Photo: Stéphane Boivin / CEUC
Les scénarios de Kevin Titzer

Parallèlement aux œuvres de Douglas Miller, Kevin Titzer propose une série de personnages à la fois inquiétants et pleins d’humour. Encore une fois, ou voudrait voir s’animer ces têtes réduites, comme les marionnettes conçues par l’artiste pour la dernière production de la compagnie théâtrale saguenéene La Tortue noire. On les verrait bien aussi évoluer en cinéma d’animation.

Détail de All we want is sweet de Kevin Titzer. Photo: Stéphane Boivin / CEUC

Mais il est peut-être encore plus agréable d’imaginer les récits à partir de ces petites cases bien remplies, comme le fait remarquer Douglas Miller :

« Ce sont des vignettes, de courtes histoires. Toutes les parties du récits sont contenues dans ces boîtes, ces petits espaces. Il s’y passe des histoires étranges, surréalistes ou cauchemardesques, à la fois sombres et amusantes, un peu tordues et inconfortables. Mais elles sont néanmoins fascinantes et on veut en « lire » davantage. »

En guise d’invitation à passer à La Corniche jusqu’au 13 octobre, Douglas Miller interprète Crow Jane au ukulele !

Douglas Miller + Kevin Titzer – Galerie La Corniche en prolongation jusqu’au 13 octobre