//Le Projet A+, des ateliers pour mieux s’alimenter

Le Projet A+, des ateliers pour mieux s’alimenter

Payer des frais de scolarité ne vient pas forcément avec un abonnement à la malnutrition. En effet, cuisiner n’est pas toujours une mince affaire lorsque l’on est étudiant. Le budget souvent limité par le coût des études poussent à croire qu’il est invraisemblable de se nourrir convenablement pendant sa scolarité. Partant d’une volonté des services aux étudiants, le Projet A+, qui a pour but d’offrir des ateliers permettant aux étudiants de développer leurs habiletés en cuisine, a été créé spécialement pour les étudiants désirant avoir de meilleures habitudes alimentaires, tout en respectant leur portefeuille.

Par Jessica Normandin

Photo: Courtoisie
Déroulement d’une séance

Chaque atelier est associé à une thématique. La séance se divise en deux parties : une première portion est réservée à de la théorie et une seconde à la préparation d’une recette choisie. Ceci permet de mettre en vedette le thème du jour. En plus de la nouvelle recette, ils apprendront à optimiser leur liste d’épicerie afin de choisir des produits de qualité, permettant la préparation de plats plus équilibrés, sans que ça ne soit trop dispendieux. L’atelier se déroulant dans le local des employés de l’UQAC (P0-4050), il est impossible, à moins de préparer certains éléments avant la séance, d’effectuer une recette qui requiert de la cuisson, étant donné l’absence de four.

« Il y a une belle dynamique […] Je trouve que c’est convivial aussi. […] Je veux leur montrer que cuisiner c’est le fun, puis qu’on n’a pas à se casser la tête.  Il y a moyen de le faire de façon simple, que ce soit bon, puis que ce ne soit pas trop cher. » affirme Anne-Marie Bérubé,  organisatrice et animatrice des activités du Projet A+.

Un groupe facebook a également été créé pour que les participants puissent échanger entre eux après les rencontres. Ils peuvent ainsi se soutenir et les plus expérimentés du groupe sont libres d’y partager leurs connaissances culinaires. De plus, ce groupe permet à l’animatrice de partager des recettes supplémentaires ainsi que des articles sur la saine nutrition. Anne-Marie Bérubé espère ainsi inciter les étudiants à cuisiner d’avantage.

Notre entrevue avec Anne-Marie Bérubé

Espoir d’une suite pour le Projet A+

Étant tout nouveau au sein de la communauté universitaire, le Projet A+ en est encore à une période de test. Le groupe actuel compte vingt personnes, soit le nombre maximal que s’étaient fixé les organisateurs du projet. La demande étant présente, une liste d’attente a été mise en place pour gérer les futures inscriptions aux ateliers, si ceux-ci se poursuivent lors des prochaines sessions.  Le retour de ces ateliers à la session d’automne n’est pas encore confirmé, mais les étudiants inscrits à la liste d’attente en seront informés en temps et lieu.

Page du Projet A+