//Pari réussi pour La Rubrique

Pari réussi pour La Rubrique

Le Théâtre La Rubrique présente jusqu’au 21 octobre sa création de Moule Robert ou l’éducation comique. Rassemblant une équipe de sept excellents comédiens de la région, la pièce remporte son pari; celui de jeter un regard des plus pertinents sur son époque tout en offrant un moment de grand plaisir aux spectateurs.

Par Stéphane Boivin

Monique Gauvin, Sara Letourneau et Josée Gagnon forment un choeur ratoureux. Photo: Patrick Simard

Moule Robert ou l’éducation comique est le deuxième texte du dramaturge Martin Bellemare monté à La Rubrique par le metteur en scène Christian Fortin. Avec La Liberté en 2013, le tandem avait abordé un sujet difficile, celui du suicide assisté institutionnalisé. Un morceau de bravoure dont le résultat avait alors été plutôt laborieux. Histoire bien différente pour la présente production, dont la proposition audacieuse est un franc succès.

Le héros de la pièce, Robert Moule (Bruno Paradis), est un éducateur en garderie dont la vie bascule lorsqu’une enfant placée sous sa responsabilité l’accuse, à tort, d’avoir abusé d’elle. Moule, mû par une empathie maladive, fait face au père de la petite, Robert Goule (Patrice Leblanc), un magnat de l’humour, alter ego sociopathe du héros.

Notre entrevue avec Christian Fortin et Bruno Paradis

La pièce nous emmène dans la tête de ces deux personnages que tout oppose. Dans ces imaginaires, tantôt torturés, tantôt décomplexés au possible, surgissent des personnages historiques qui permettent de décoller l’histoire du simple réel. Le problème est posé dans ce monde parallèle qu’est le théâtre, qui permet à la pensée de s’élever au-dessus de la mêlée, de se séparer d’une actualité bêtement terrestre.Une scénographie (Serge Lapierre) et des éclairages (Alexandre Nadeau) épurés permettent au texte de s’y déployer efficacement.

Car même si le texte de Bellemare propose, surtout en ouverture, une certaine complexité, il s’avère très amusant tout en soulevant des questions essentielles. Comment doser ses valeurs entre le bien commun et un individualisme ambitieux? Vaut-il mieux prendre soin de son parcours personnel ou prendre en compte ses congénères? Se sentir justifié ou être traversé par la culpabilité? Des questions qui s’imposent chaque jour, dès qu’on met le pied dehors.

Après quelques minutes, le rythme s’installe et les conventions sont claires. Il ne reste plus au spectateur qu’à suivre les comédiens dans cette histoire bourrée d’humour. Des comédiens dirigés de main de maître par Christian Fortin, qui est avant tout un excellent directeur d’acteur. On sent tout du long le plaisir des Josée Gagnon, Sara Letourneau, Monique Gauvin, Christian Ouellet, Martin Giguère et bien sûr de Bruno Paradis et Patrice Leblanc. Des comédiens au sommet de leur art qui établissent rapidement une complicité avec le public.

Cette synergie entre des comédiens, un auteur, un metteur en scène et des faits sociaux importants justifie amplement de se payer une belle soirée avec La Rubrique à la Salle Pierrette-Gaudreault du mont Jacob, jusqu’au 21 octobre.

Moule Robert ou l’éducation comique du Théâtre La Rubrique, jusqu’au 21 octobre