//Les 10 clauses les plus d’adon du contrat de Ghislain Harvey

Les 10 clauses les plus d’adon du contrat de Ghislain Harvey

Après une longue saga, le contrat tant convoité de l’ancien PDG de Promotion Saguenay a enfin été rendu public hier. Après quelques mensonges (le contrat n’était pas introuvable, il n’était pas non plus en fiducie), le grand public peut maintenant connaître les détails de l’entente si secrète reliant l’organisme parapublic et son ex-directeur. Nous avons identifié pour vous les 10 clauses les plus d’adon de ce contrat plus qu’avantageux.

Par Stéphane Boivin

1. Le salaire

L’information primordiale. Non seulement Ghislain Harvey était mieux rémunéré que le maire de Saguenay, mais son salaire (indexé depuis) dépasse celui du Premier Ministre du Québec!

2. Une disponibilité qui vaut son pesant d’or

Tout le monde rêve d’un employeur qui ajoute 10% a votre salaire juste parce que vous êtes disponible et notable (ou notoire?)

3. Sans intérêt

Si tu le dis…

 

4. Au service du citoyen… euh non: de Promotion Saguenay

Le PDG doit voir aux intérêts de son organisme, mais pas nécessairement de ceux qui le financent.

5. Si tu parles, je t’enverrai mes collecteurs.

Le langage de l’argent est plus sûr que l’éthique

6. Bar ouvert, partie 1

Tout quoi tu veux, Ghislain.

7. Bar ouvert, partie 2

Si tu juges que c’est utile, Ghislain.

8. Si ça fait pas, on change.

Puisque croire, ça change tout, quand les deux parties sont du même sérail, tout est possible.

9. Divorce

« C’était un an de salaire dès que je décidais de partir, mais mon contrat éternel n’étant pas terminé, ce sera 425 000$, merci. »

10. C’est ici chez toi, tu restes tant que tu veux.

« Est-ce que je m’auto-renouvelle cette année? »

Nous avons pu consulter le contrat de Ghislain Harvey grâce au fichier diffusé par Radio-Canada. En soirée hier, le contrat était également disponible sur le site de Promotion Saguenay. Il a été retiré ce matin. Ne reste que l’addenda.

Nous n’avons pas pris la peine de consulter des contrats pour des postes comparables. Il se peut bien que plusieurs de ces clauses soient des standards. Elle ne nous en semblent pas moins abusives.