//Accès libre: Sherbrooke et le cercle vertueux

Accès libre: Sherbrooke et le cercle vertueux

Ce texte s’adresse à ceux connaissant peu le transport collectif et actif au Saguenay. Je souhaite faire découvrir la réalité de ce petit monde en expansion et,  de manière concrète, explorer comment le transport pourrait s’améliorer si on disait OUI à Accès Libre.

Par Adrien Guibert-Barthez – Collaboration spéciale
Adrien Guibert-Barthez est étudiant à l’UQAC et impliqué dans le comité du OUI en vue de  la consultation sur le frais institutionnel obligatoire relatif au projet Accès libre. Il a été membre de l’exécutif du MAGE-UQAC en 2016-2017. 

Avec le projet Accès Libre, on a un peu l’impression que le transport collectif au Saguenay va pour la première fois être efficace. Chose certaine, le projet innove sur plusieurs aspects avec l’instauration de véhicules et de vélos électriques en libre partage, ou encore d’une application permettant de savoir où se trouvent les autobus en temps réel.

Photo: Scott Webb / Unsplash.com

La situation aujourd’hui

Actuellement, il y a environ une douzaine d’autobus qui partent à toutes les heures de l’UQAC. La Société de transport du Saguenay (STS) déplace plus de 4 millions d’usagers par an, dont 67% sont des étudiant.es.  Elle offre quarante-six trajets à travers Saguenay (dont sept passent par l’UQAC), allant du Mont Bélu à la Baie au cœur de Kénogami, Shipshaw ou Laterrière.

Pour 2018-2019, l’objectif d’Accès libre est de :

  • Augmenter la fréquence à vingt autobus par heure en partant de l’UQAC dont 2 à chaque 10 à 15 minutes sur le trajet centre ville/boul Talbot (automne 2018).
  • Créer plusieurs stationnements incitatifs : Chicoutimi, près d’Héma-Québec (avril 2018), La Baie et Shipshaw (printemps 2018) et Jonquière et Chicoutimi-Nord (automne 2018 – printemps 2019)
  • Instaurer des nouveaux circuits plus linéaires (plutôt qu’en boucle) et donc plus rapides (2 avril 2018)
  • Installer dix vélos électriques sur le campus de l’UQAC gratuits pour les étudiants (printemps 2019)
  • Rendre disponibles trois voitures électriques aussi gratuites sur le campus (printemps 2019)
  • Inaugurer la station-UQAC (automne 2019)
L’exemple de Sherbrooke, créer le cercle vertueux

Le paiement via les frais de scolarité ne serait pas une première au Québec. La ville de Sherbrooke a aussi instauré cette approche avec l’université en 2005. Depuis, le cégep de Sherbrooke ainsi que certaines écoles secondaires ont embarqué, créant un bassin de population utilisant le transport en commun beaucoup plus grand. Cela a eu comme conséquence une hausse record de 8,74% du nombre d’usagers, attribuable en très grande partie à l’entente, commençant ainsi un cercle vertueux et augmentant de 22,9% le nombre d’usagers.[1] [2]

En augmentant le nombre d’autobus, on augmente le nombre d’usagers, ce qui augmente le budget, ce qui augmente le nombre d’autobus, etc. L’exemple de Sherbrooke parle de lui-même.

Au Saguenay, il est fort probable qu’une telle suite logique se répète. Avec le Cégep de Chicoutimi (qui participe aux rencontres de l’équipe projet depuis mai 2017), celui de Jonquière (qui s’intéresse depuis plusieurs années à cette possibilité) et les trois écoles secondaires autour de l’UQAC, les possibilités d’augmentation de la fréquentation sont grandes.

Évidemment, les deux villes ont quelques points de différences importants, dont la densité de population qui est plus grande à Sherbrooke. Mais elles ont une population similaire en nombre (160 000 vs 150 000 habitants) et en profil type (beaucoup d’étudiants et d’ouvriers). Ce sont des villes universitaires qui possèdent sensiblement la même quantité d’autobus, etc.

Une grosse différence en ce qui a trait au transport en commun ; la Société de transport de Sherbrooke déplace annuellement 7,6 millions de passagers, comparativement à près de 4 millions pour celle de Saguenay[3]. Imaginez si on doublait ce chiffre.

Pour finir, je vous laisse sur deux statistiques qui parlent d’elles-mêmes. De toutes les grandes villes du Québec, Saguenay :

  • Se place bonne dernière en termes d’utilisation du transport en commun.[4]
  • Est la seule ayant eu un recul de l’utilisation des transports en commun depuis 10 ans (21% de baisse contre 15% de hausse en moyenne dans l’ensemble du Québec)[5]

Il serait temps de changer ça.

 

[1] « Une année record pour la STS qui, après avoir connu une longue période de décroissance, enregistre une nouvelle année d’augmentation d’achalandage passant de 2,05 % en 2004 à 8,74 % en 2005. Cette croissance est en très large partie attribuable à la clientèle étudiante qui bénéficie d’un accès libre au transport en commun. » Rapport annuel 2005 de la Société de transport de Sherbrooke, 2006.

[2] Sur la période 2004-2016, Société de Transport de Sherbrooke, Rapport annuel 2016, 2017.

[3] Société de transport de Saguenay, Rapport annuel 2016, 2017.

[4] Statistiques Canada, Part d’utilisation des modes de transport au Québec, rapporté par Le Devoir dans « La nouvelle mobilité urbaine accélérera la combinaison des divers modes de transport », 7 octobre 2017. http://www.ledevoir.com/politique/villes-et-regions/509889/la-nouvelle-mobilite-urbaine-accelerera-la-combinaison-des-divers-modes-de-transport

[5] ICI Saguenay-Lac-St-Jean, L’achalandage dans le transport en commun chute à Saguenay,  6 octobre 2017. http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1059987/autobus-transport-commun-saguenay-usagers