//Fort achalandage au Salon de l’emploi

Fort achalandage au Salon de l’emploi

Au lendemain de la 39ième édition du Salon de l’emploi de l’UQAC, organisateurs, employeurs et chercheurs d’emploi s’entendent pour qualifier ce salon d’exceptionnel. Un nombre record de kiosques et une fréquentation intense pendant toute la journée du salon permettent de penser que l’événement  a atteint ses objectifs.

Par Stéphane Boivin

Photo: Courtoisie

Nous avons rencontré Samuel Taillon, agent de liaison de l’Association des diplômés (ADUQAC) et responsable du salon, afin de dresser le bilan de l’édition 2018 du Salon de l’emploi. Celui-ci croit que l’événement a été le reflet de la situation de l’emploi dans la région, soit celle d’une pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs.

« C’était une année record au niveau des inscriptions des entreprises, 51 étaient présentes. On estime qu’il y a entre 1200 et 1500 personnes qui sont venues au salon. Ça aussi c’est un record, et les entreprises nous disaient qu’il y avait bien plus de monde que les années passées. En ce moment, les entreprises cherchent beaucoup de monde pour combler des postes. »

Samuel Taillon estime que 300 emplois concrets étaient à pourvoir lors du Salon cette année. Les employeurs sont repartis avec des piles de CV et les chercheurs d’emploi ont eu l’occasion de s’attarder aux différentes entreprises, à leurs valeurs, leurs missions. L’occasion de s’asseoir pendant quelques minutes pour discuter avec des recruteurs professionnels est une occasion rare.

Notre entrevue avec Samuel Taillon


« C’est une chance de pouvoir discuter avec un recruteur de ce qu’ils recherchent, quel est le profil, la formation que vous recherchez pour tel ou tel poste. À l’ADUQAC, on pense que c’est le plus beau cadeau qu’on peut faire aux finissants et aux étudiants et on est contents de le faire. »

Par ailleurs, le Salon s’adressait cette année à l’ensemble des chercheurs d’emploi. Les retraités intéressés à regagner le marché du travail ont par exemple également eu l’occasion de participer à travers certains volets leur étant réservé.

Un salon qui prend de l’ampleur

L’édition 2018 du Salon de l’emploi, avec ses 51 kiosques, repousse les limites physiques du Centre social de l’UQAC, où il se tient depuis des années. Les organisateurs ont même dû refuser une dizaine d’entreprises qui auraient souhaité y participer. L’ADUQAC croit cependant que le Centre social, situé au cœur de la vie du campus, reste l’endroit idéal pour tenir le Salon de l’emploi.

Les principaux secteurs représentés cette année étaient ceux de l’administration, de l’ingénierie, de l’informatique, de la santé et de l’éducation.