//Trésors en pixel : Persona 5

Trésors en pixel : Persona 5

Élu au titre de meilleur RPG de l’année au Game Awards 2017 et ayant frôlé de près celui de jeu de l’année, c’est à un gros morceau de la scène vidéoludique que l’on s’attaque cette semaine : Persona 5. Chef-d’œuvre japonais à la direction artistique sublime où l’on explore le subconscient d’individus en proie à des désirs tordus.

Par Jessica Normandin

Le scénario, parlons-en!

Suite à une poursuite judiciaire, le protagoniste, un adolescent japonais, est accusé à tort d’agression envers un homme politique. Renvoyé de son lycée, il est inscrit dans un nouvel établissement scolaire afin d’y effectuer une période de probation d’une durée d’un an.

Alors qu’il débarque à son nouveau lycée, il est pris d’assaut par une découverte déstabilisante : l’emplacement où devrait normalement se situer son école est mystérieusement occupé par un énorme château! Avec l’aide de Ryuji, un adolescent qu’il a rencontré en chemin, il explorera les couloirs sombres de cette infrastructure pour le moins improbable. Ensemble, ils découvriront que l’endroit a un lien direct avec l’un des professeurs du lycée, M. Kamoshida, dont les méthodes d’enseignements paraissent plutôt douteuses selon certaines rumeurs.

Ce château se révèle en fait être issu d’un monde parallèle, matérialisant les désirs du professeur. Plus précisément, il s’agit d’un château dont il est le roi. Il y fait subir divers sévices à ses élèves qu’il perçoit comme ses esclaves. Occupé par l’ombre du professeur, l’endroit est lié directement au cœur du «vrai» Kamoshida. Si l’ombre de ce dernier est vaincu lors d’un combat, cela aura un impact direct sur la personnalité qu’il a dans le monde réel. En effet, celle-ci s’en retrouvera changée.

À la suite des mésaventures dans ce château, le protagoniste et ses compagnons formeront une organisation secrète du nom de Phantom Thieves. Une guilde de voleur qui n’a qu’un seul but : changer le cœur d’adultes corrompus en s’infiltrant dans leur «palace» (nom qui est donné aux divers donjons de ce jeu).

Double vie

Lorsqu’il n’explore pas un palace, le personnage que l’on incarne vivra une vie des plus normales. Simple étudiant aux yeux de tous, membre des Phantom Thieves dans l’ombre… le concept d’une double vie est très bien exploité lors de l’aventure en raison de la gestion du quotidien. En effet, le joueur devra gérer les activités du protagoniste lors de ses temps libres. Il pourra, entre autre, travailler afin d’avoir plus d’argent, étudier afin d’augmenter son intelligence, fabriquer des objets qui pourront être utilisés lors de l’exploration des palaces, se faire des amis, etc. D’ailleurs, augmenter ses relations sociales peut procurer divers bonus, qu’il s’agisse d’avoir accès à des actions inédites lors de combats ou bien à de l’équipement plus efficace. Bien que ces phases puissent parfois être longues et répétitives, elles restent tout de même à l’origine de l’une des plus grandes forces du jeu : l’immersion!

Anti-procrastination

Lors de sa partie, le joueur devra également jongler avec un calendrier et des échéances qui doivent être respectées. En effet, chaque palace doit être terminé avant une date butoir, cette dernière étant toujours justifiée par un élément scénaristique. Une journée du calendrier se divise en plusieurs moments. Il y a le jour (presque toujours occupé par l’école), la fin des cours et le soir. Chaque activité du monde réel ou excursion dans les palaces fera défiler le temps.

Perturbante au début, la gestion du temps s’avère très prenante de par la liberté qui est laissée au joueur. De plus, cette dernière est ponctuée par des évènements imprévus qui le forceront à retarder l’exploration d’un palace. De ce fait, le joueur, bien qu’il puisse décider quels jours seront consacrés à l’exploratione, n’a pas du tout intérêt à s’y prendre à la dernière minute au risque de faire face à un cruel Game over dû au manque de temps.

Un J-RPG des plus réussis

Abordant diverses thématiques actuelles, portant souvent sur des sujets graves tels que le harcèlement, l’abus de pouvoir, la dépression, le suicide, etc., Persona 5 est un jeu qui nous amène à nous questionner sur la société dans laquelle on vit. De tous les J-RPG qui existent, il s’agit, en tout objectivité, de l’un des meilleurs qui m’ait été donné de jouer jusqu’à maintenant.