//Le Centre de solidarité internationale recrute

Le Centre de solidarité internationale recrute

Le Centre de solidarité internationale (CSI) du Saguenay-Lac-Saint-Jean est présentement en période de recrutement pour un nouveau volet de ses stages de coopération internationale. Le Programme de stages internationaux pour les jeunes (PSIJ) se déploiera cet été en Équateur ainsi qu’au Sénégal.

Par Stéphane Boivin

Photo: Alex Radelich / Unsplash.com

Le PSIJ s’adresse aux diplômés âgé.e.s entre 19 et 30 ans. Les profils recherchés sont variés puisque les stages répondent à des mandats particuliers selon les communautés d’accueil. Cette année, les disciplines vont de l’entrepreneuriat au travail social, en passant par la psychologie, le développement communautaire et la médiation culturelle.

Les stages représentent à la fois une expérience de travail privilégiée ainsi qu’une occasion d’ouverture sur la solidarité internationale, comme l’explique Sabrina Ostré, chargée du programme PSIJ :

« Le CSI a trois grandes missions qui sont l’éducation à la citoyenneté mondiale, l’appui à des projets de coopération internationale ou de stages pour les jeunes, et enfin tisser des liens autour d’initiatives innovantes au nord et au sud. »

Notre entrevue avec Sabrina Ostré du Centre de solidarité internationale

Une première cohorte s’envolera donc vers l’Afrique ou l’Amérique du Sud en juin prochain pour des stages d’une durée de six mois. En plus de fournir l’occasion d’agir en coopération internationale, les stages ont pour objectif de renforcer l’expérience professionnelle des participants, qui doivent détenir un diplôme de formation postsecondaire. Sabrina Ostré précise :

« On n’est pas obligés d’avoir une grande expérience professionnelle, du moment qu’on a un diplôme qui correspond au mandat pour lequel on applique. »

Encadrement du Centre de solidarité internationale

Les stages du programme PSIJ profitent de l’encadrement et de l’expertise du CSI. Le Centre propose un encadrement matériel, culturel et humain du début à la fin du processus.

Avant le départ, une formation intensive de dix jours prépare les participants. Cette formation aborde les réalités de la coopération internationale, du travail en contexte interculturel, ou encore les dimensions relationnelles, environnementales ou politiques qui seront utiles aux stagiaires.

« Ensuite, sur le terrain, les participants ont un référent au sein des associations partenaires. Nous aurons des représentants sur place. Au Québec, le Centre assure un lien direct avec le stagiaire en effectuant des suivis réguliers, que ce soit pour des questions professionnelles ou personnelles. »

Suite aux stages, de retour dans la région, les stagiaires participeront à une formation touchant davantage l’employabilité, la mise en valeur professionnelle des expériences acquises lors du voyage.

Si les stages ne fournissent pas de crédits académiques, ils représentent néanmoins des expériences inestimables, selon Sabrina Ostré :

« Travailler en contexte interculturel donne une autre approche du travail par la suite. »

Le Centre de solidarité internationale prend également en charge l’ensemble des dépenses de transport, d’hébergement, de frais de visas ou d’assurance. Même la préparation médicale est prise en charge. Ainsi, les stagiaires qui participeront aux stages du programme n’auront rien à débourser. Pour la durée du stage, une allocation de subsistance est également fournie.

Intéressé.e?

Pour plus d’information sur les conditions d’admissibilité au PSIJ, pour découvrir les mandats à combler et déposer sa candidature, on peut visiter la page du CSI à l’adresse centresolidarité.ca. Les candidatures peuvent être déposées jusqu’au 23 mars, pour une sélection au cours du mois d’avril. Le tout en vue d’un départ en juin prochain.