//Trésors en pixel : Donkey kong Country

Trésors en pixel : Donkey kong Country

Pour ma chronique de la semaine, je me laisse emporter par la nostalgie avec une série de jeu qui a bercé mon enfance : les trois opus de Donkey kong Country sur Snes.

Donkey Kong Country

Par Jessica Normandin

Développé par le studio Rare, la série Donkey kong Country est aujourd’hui un incontestable classique du jeu vidéo. Innovants, portés par une bande son de grande qualité et dotés de graphismes superbes pour son époque (qui ont d’ailleurs très bien vieillis), les deux premiers opus ont été acclamés par la critique et les joueurs. Hélas, bien qu’il soit très bon, le troisième fut moins bien perçu, considéré comme décevant par rapport aux précédents.

La complémentarité des personnages

L’un des principaux aspects du gameplay de la série tourne autour de la complémentarité entre les personnages. Dans chaque opus, le joueur a le contrôle de deux personnages qu’il peut alterner : Donkey Kong et Diddy Kong dans le premier, Diddy Kong et Dixie Kong dans le deuxième, puis Dixie Kong et Kiddy Kong dans le troisième.

Le premier épisode se centre spécialement sur la force et l’agilité. D’un côté, on retrouve Donkey Kong, qui possède une grande force lui permettant d’éliminer chaque ennemi avec facilité (en dehors des boss), là où son partenaire Diddy Kong éprouve plus de difficulté. En effet, ce dernier se verra inefficace contre certains monstres. Toutefois, il possède une certaine agilité qui le rendra plus efficace pendant les phases de plateformes, là où Donkey Kong est moins habile vue son physique qui est plus lourd.

Pour le deuxième épisode, la complémentarité des personnages est exploitée différemment. Les deux personnages étant très agiles, c’est sur ce même aspect qu’ils se différencient. Chacun, grâce à leurs habiletés propres, pourra avoir accès à des zones qui sont plus difficile d’accès pour l’autre. Notamment Dixie Kong qui peut planer à l’aide de couettes et atteindre des zones éloignées. Malheureusement, ni Dixie, ni Diddy ne possèdent la force physique. De ce fait, ils sont tous deux vulnérables face à des ennemis plus costauds. Par chance, ils peuvent en venir à bout grâce à certaines montures disponibles dans les niveaux.

Dans le troisième opus, on retrouve la même complémentarité que pour le premier, soit Kiddy Kong qui est meilleur contre les ennemis et Dixie Kong qui est meilleure pour les sauts.

Un troisième opus qui divise

Bien qu’il soit très bon, le troisième épisode de la série fut à l’origine d’une certaine déception pour une partie des fans par sa trop grande différence avec les deux autres. En effet, alors que les deux premiers opus sont très axés sur le côté plateforme, le dernier ajoute un aspect aventure qui change beaucoup le gameplay. On y retrouve, entre autre, l’apparition de certains PNJ qui sont essentiels à la poursuite du jeu, alors que ceux présents dans les deux premiers épisodes ne servaient qu’à sauvegarder et changer de zone. Le joueur doit également collecter des objets qui lui permettront de débloquer des niveaux, ou construire des véhicules lui permettant d’accéder à de nouveaux endroits.

Des jeux qui traversent le temps

Les trois épisodes de Donkey Kong Country sur Snes sont indémodables. Même après toutes ses années, ces jeux n’ont presque aucune ride et restent agréables à jouer. Deux suites développées par Retro Studio ont vu le jour dans les dernières années sur Wii (Donkey Kong Country Returns) et Wii U (Donkey Kong Country Tropical Freeze), mais ne retranscrivent pas, à mon avis, toute la magie des épisodes de la Snes.