//L’UQAC en effervescence pour l’ACFAS

L’UQAC en effervescence pour l’ACFAS

Près de 120 colloques touchant à tous les domaines scientifiques, 600 communications libres et environ 3000 chercheurs francophones… Telle est l’ampleur du 86ième congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) qui s’est mis en branle ce matin à l’UQAC.

Par Stéphane Boivin

Le congrès était paré à recevoir des milliers de visiteurs dès la fin de semaine. Photo: ACFAS / Twitter

Ce rassemblement scientifique d’une ampleur considérable, qui a pris naissance en 1923 autour de chercheurs québécois, a joué et continue de jouer un rôle essentiel dans la vitalité scientifique et éducative francophone, comme l’explique Lyne Sauvageau, la nouvelle présidente de l’ACFAS :

« Les concepts, le sens qu’on donne aux choses, sont puisés dans la langue, dans le langage. Et chaque langue recèle une diversité de concepts qui lui est propre, une façon de représenter le monde. Si on ne faisait que de la science en anglais, on se priverait d’une façon de voir le monde. »

Si le colloque de l’ACFAS est avant tout destiné aux professionnels de la recherche, un volet grand public propose également plusieurs activités gratuites tout au long de la semaine. C’est l’occasion de démontrer au public que les recherches scientifiques traitent également de sujets d’intérêt public, comme la légalisation du cannabis ou la sexualité à l’écran.

C’est donc une programmation très vaste qui est offerte. Si vaste en fait qu’elle est difficile à appréhender dans sa globalité. Un survol approfondi de cette programmation permet toutefois d’en dégager superficiellement quelques grandes orientations. Les diversités (de genre, de culture, de religion…), la mutation des contextes ou encore le développement durable sont des thèmes particulièrement bien représentés dans cette 86ième édition du congrès.

La dimension multidisciplinaire des congrès de l’ACFAS est plutôt rare. L’événement permet ainsi aux chercheurs de tous les horizons de se rencontrer et de mélanger les idées.

CEUC sera à l’affût de cette effervescence et vous proposera chaque soir son carnet de l’ACFAS, où notre équipe vous donnera un aperçu des propos et des idées captées dans la journée.

Nous vous invitons également à écouter l’ACFAS, que ce soit par le biais de l’émission scientifique de la station CHOQ de l’UQAM, intitulée L’œuf ou la poule, dans le cadre de laquelle l’animatrice Carine Monat recevra certains chercheurs venus communiquer le fruit de leur recherche. La première chaîne de Radio-Canada est également installée dans le centre social de l’UQAC, d’où elle diffusera plusieurs émissions tout au long de la semaine.

Alors, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter la bienvenue à l’UQAC et à vous encourager à profiter de l’effervescence qui gagne cette semaine les murs de l’Université.