//Carnet d’ACFAS: Jour 3

Carnet d’ACFAS: Jour 3

Le 86ième congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) se tient du 7 au 11 mai à l’UQAC. Toute la semaine, l’équipe des Communications étudiantes universitaires de Chicoutimi vous fera part d’événements, petits ou grands, qui auront attiré son attention.

La preuve par l’image est l’une des nombreuses activités grand-public offertes par l’ACFAS. Photo: UQAC

– Gilles L. Michaud, un retraité d’Alcan, a fait un exposé très intéressant sur l’histoire d’Arvida. Il nous apprend qu’à une certaine époque, l’Alcan, via un comité, avait un grand pouvoir décisionnel sur l’aspect esthétique de la ville. « Il y en avait un qui voulait installer de la brique jaune pour l’extérieur de sa maison. Cela lui a été refusé. On lui a répondu qu’il ne pouvait mettre que de la brique rouge. » (JN)

– Les photographies des unes du Devoir et de La Presse ont été comparées dans la recherche de Banafsheh Karamifar. Le premier quotidien privilégierait des cadrages plus rapprochés, des images plus dynamiques, plus critiques et centrées sur les personnes. Quant à La Presse , les plans seraient plus larges et statiques, privilégiant des scènes d’ensemble. La chercheure de l’Université d’Ottawa trouve une explication dans le modèle économique et le contexte de diffusion, plus axé sur la vente en kiosque, du Devoir, là où La Presse s’est orientée vers le format de la tablette numérique. (SB)

– Au Cégep de Saint-Jérôme, un centre d’aide en philosophie épaule les étudiants qui éprouvent de la difficulté à lire, écrire et comprendre des textes. Les résultats semblent plutôt satisfaisants : En 2017, 85% des 36 étudiants ayant eu recourt à cette aide estiment avoir amélioré leur note en philosophie. En 2018, ce nombre passe à 91% des 65 étudiants y ayant participé. « Nous ne sommes pas les premiers aujourd’hui à donner des chiffres qui n’ont pas encore été publiés, mais nous sommes le premier Cégep à avoir démontré que les centres d’aide ça marche! » lance fièrement Guillaume Loignon, enseignant au département de philosophie du Cégep de Saint-Jérôme. (JN)

– Aline Faria a présenté son projet de radio communautaire en milieu de soin de santé mentale. Radio Piraï a un slogan que la chercheure de l’UQAM a traduit ainsi: Ne gaspillez pas votre folie. (SB)

– Lors du colloque La Télévision québécoise dans tous ses états, un panel a été réservé aux nouvelles plateformes. Il y a notamment été question de YouTube. Nina Duque, qui s’est longuement penchée sur le rapport qu’entretenaient les jeunes de 12 à 15 ans avec la plateforme web, affirme qu’il y a plusieurs raisons qui motivent les adolescents à visionner des vidéos sur YouTube. « Certains y vont pour chercher de l’aide. Il y en a même un qui m’a confié qu’il s’est servi de Youtube afin de trouver des arguments qui l’aideraient à convaincre sa mère de lui acheter une nouvelle console. Ça m’a bien fait rire lorsqu’il m’a dit ça ! » (JN)

– Lors de sa conférence « Chiller » sur YouTube : nouvelles pratiques de visionnement chez les jeunes Québécois âgés de 12 à 15 ans, la doctorante de l’UQAM Nina Duque compare Youtube à un chambre à coucher : « Il s’agit d’un lieu où l’on découvre du contenu personnel qui nous définit. On y trouve de tout et la création d’un compte leur permet de personnaliser la plateforme. » Par ailleurs, elle étonne les participants en leur apprenant que les adolescents ont conscience des algorythmes et qu’ils ne visionnent pas que ce que YouTube leur propose : « La plupart du temps, ils vont regarder ce que des amis leur proposent ». (JN)

Je ne suis pas raciste, mais. Ainsi s’intitulait la présentation effectuée via Skype par la philosophe française Houria Bentouhami dans le cadre du Congrès annuel de la Société de philosophie du Québec. Dans cette communication, madame Bentouhami brillamment tenté de révéler les mécanismes derrière les dénégations présentes dans les discours, notamment chez l’extrême-droite française. Le discours décomplexé, la dénégation, les retournements des discours, jusqu’à l’idée de la race qui n’existe pas, mais qui existe… Cette communication a réussi à clarifier en partie ces phénomènes subtils et cruciaux. Elle s’est terminée sur l’idée que le racisme était avant tout une attaque envers le corps vivant. (SB)

– On a passé l’après-midi au très enrichissant colloque Les mythologies techniques et scientifiques : incursion dans les imaginaires modernes, préparé et animé par Ève Paquette de l’UQAM. Imaginaire genré de l’informatique, lègue numérique et magie algorythmique ont été abordés. (SB)

– Le terme ordinateur fut, jusqu’à la moitié du vingtième siècle, un qualificatif prêté à Dieu. (SB)

– Un algorythme, ce n’est pas neutre, mais c’est loyal. (SB)

On vous laisse… la finale nationale de Ma thèse en 180 secondes va commencer!