//La forêt nourricière s’enracine à l’UQAC

La forêt nourricière s’enracine à l’UQAC

Depuis hier, plusieurs bénévoles et des dizaines d’enfants d’âge préscolaire travaillent à implanter la forêt nourricière de l’UQAC. Situé sur le campus, entre le Boulevard de l’Université et le pavillon du CURAL, cet espace est déjà un havre paisible. Ce sera bientôt un véritable garde-manger à la disposition de toute la population.

Par Stéphane Boivin

Photo: CEUC / Stéphane Boivin

Le projet de forêt nourricière est né de l’initiative de la diplômée de l’UQAC Gabrielle Filiatrault. Il a fallu traverser plusieurs étapes administratives afin de transformer cet espace peu utilisé du campus. Le projet se concrétise enfin cette semaine et son ampleur est impressionnante.

« Nous planterons environ 200 espèces de végétaux. Il y a plusieurs fruits, légumes et herbes qui poussent bien sur notre territoire. Plusieurs espèces proviennent également de la forêt boréale : amélanchier, camerises, des types de framboises plutôt méconnues, du thé du Labrador… C’est un bel espace, assez protégé, il n’y aura pas de chevreuils pour manger les petits fruits! » lance Nicolas Clément, bénévole sur le chantier de la forêt nourricière.

Photo: CEUC / Stéphane Boivin

Dès les prochaines semaines, des éléments de ce vaste jardin seront prêtes à être consommées. C’est le cas notamment des herbes fraîches qui poussent rapidement. Quant aux arbres fruitiers, ils se développeront au fil des prochaines années pour contribuer à ce qui deviendra un garde-manger communautaire, frais et généreux.

En plus de bénévoles et de membres de l’exécutif du MAGE-UQAC, la forêt nourricière profite notamment des petites mains de dizaines d’enfants d’âge préscolaire qui viennent passer un moment sur le terrain et en profitent pour apprendre les gestes et les soins que nécessitent les plantes.

La forêt nourricière de l’UQAC est déjà un très bel endroit. Elle n’a pas fini de nous étonner et de nous nourrir!

Photo: CEUC / Stéphane Boivin