//Le Québec perd un grand bâtisseur

Le Québec perd un grand bâtisseur

Le père du ministère de l’Éducation du Québec n’est plus. Paul Gérin-Lajoie est décédé à l’âge de 98 ans.

Par Guillaume Pelletier

Paul Gérin-Lajoie

Élu député de la circonscription de Vaudreuil-Soulanges aux élections de juin 1960 sous le gouvernement Libéral de Jean Lesage, ce dernier lui confie l’énorme tâche de la réforme scolaire.

Gérin-Lajoie crée la commission Parent en 1960. Il veut rapatrier le plus rapidement possible l’ensemble des décisions et responsabilités en matière d’enseignements au Québec, que détenait l’Église. La création du ministère de l’éducation en 1964 amène l’instauration d’un système d’éducation public et gratuit. M. Gérin-Lajoie devient le premier ministre du ministère de l’éducation jusqu’à l’élection de l’Union nationale en 1966.

Les Cégeps font leur apparition en 1967 suivie de l’Université du Québec en décembre 1968.

Nombreuses réactions

«Paul Gérin-Lajoie incarnait l’esprit réformateur et libérateur de la Révolution tranquille. Le système d’éducation au Québec ne serait pas le même sans lui, ni la fameuse doctrine en relations internationales qui porte son nom prévoyant le prolongement international des compétences internes du Québec.»
-Sylvain Gaudreault, Député de Jonquière sur sa page Facebook

«J’ai eu le privilège de rencontrer monsieur Gérin-Lajoie à quelques reprises dans les dernières années. J’ai toujours été impressionné par sa volonté à continuer à promouvoir l’éducation malgré son âge avancé. Un homme de convictions. Un vrai.»
-Alexandre Cloutier. Député de Lac-St-Jean, via son compte Twitter.

«Un personnage d’envergure historique nous quitte aujourd’hui. Le Québec de 2018 doit beaucoup à Paul Gérin-Lajoie, il aura marqué son époque et notre histoire. Au nom des Québécoises et des Québécois, j’offre mes plus sincères condoléances à sa famille.»
-Philippe Couillard,  Député de Roberval et premier ministre du Québec, via son compte Twitter.

« C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de M. Gérin-Lajoie, mais son héritage demeure. Il aura par ses actions été à la source de la création des cégeps qui ont permis de diplômer près de 2 millions de Québécois et de Québécoises en 50 ans. À une époque où l’on sous-estime parfois l’importance des acteurs publics, l’exemple de M. Paul Gérin-Lajoie est une source d’inspiration pour nous tous. Il aura œuvré toute sa vie avec la conviction que l’éducation est la clé de l’épanouissement individuel et collectif. Au nom des 48 cégeps du Québec, je tiens à exprimer toute notre reconnaissance et à offrir à sa famille nos plus sincères condoléances », a indiqué le président-directeur général de la Fédération des cégeps, M. Bernard Tremblay, par voie de communiqué.