Une vidéo contre GNL-Québec

La Coalition Fjord, le collectif Gazoduq, le Pacte pour la Transition ainsi que de nombreux citoyen.ne.s, artistes, membres des Premières nations, scientifiques, médecins  et étudiant.e.s de partout au Québec unissent leur voix dans une vidéo intitulée Gazoduq/GNL Non merci ! afin de montrer leur opposition au projet d’oléoduc de GNL-Québec qui traverserait le Québec de l’Abitibi jusqu’au Saguenay. 

Extrait de la vidéo

Par Julien Gauthier 

On peut notamment y voir des citoyen.ne.s de l’Abitibi, de la Mauricie et du Saguenay, dont Rodrigue Turgeon du collectif Gazoduq Parlons-en! et Adrien Guibert-Barthez de La Coalition Fjord, les scientifiques Marc Brullemans et Lucie Sauvé, les artistes Édith Cochrane, originaire de LaSarre, Raoul Duguay de l’Abitibi, Louise Latraverse et l’auteur Michel Marc Bouchard du Saguenay Lac St-Jean, Véronique Côté et Gabrielle Côté, Serge Bouchard, la poétesse innue Joséphine Bacon, l’artiste innue Katia Rock, l’aîné anicinabe Dominique Rankin, les médecins Éric Notebaert et Anne-Sara Briand, Léa Ilardo de La Planète s’invite à l’Université, Dominic Champagne et Laure Waridel du Pacte pour la Transition et plusieurs autres. 

Cette campagne a également pour but d’inviter les citoyen.ne.s à signer la pétition contre le projet gazier Gazoduq/GNL Québec qui a atteint les 40 000 signatures et à recueillir des dons pour soutenir les comités de citoyens actifs depuis plusieurs mois au Saguenay et en Abitibi. 

Rappelons que le projet vise à exporter onze millions de tonnes de gaz fossile par année provenant de l’Ouest en grande partie issu de la fracturation hydraulique en traversant le Québec de l’Abitibi jusqu’au Saguenay. 

Quelques citations 

Rodrigue Turgeon, cofondateur du collectif Gazoduq Parlons-en!, Abitibi : « Paniquant visiblement devant la volonté de la région de voir leur projet sale mourir avant de voir le jour, les promoteurs de la multinationale multimilliardaire viennent d’annoncer leur intention d’acheter le bon sens de nos élu.e.s à coup de millions. La population n’est pas dupe, mais les nombreux groupes citoyens qui se lèvent fièrement ont plus que jamais besoin de soutien dans ce long combat pour notre territoire et pour la biodiversité face à la crise climatique incarnée par ce méga projet destructeur. »  

Adrien Guibert-Barthez, co-porte-parole de la Coalition Fjord, Saguenay : «Il y a beaucoup de propagande qui veut nous faire croire que le gaz est une énergie de transition. La science nous demande de RÉDUIRE nos émissions de combustibles fossiles. Pas de les augmenter. Aujourd’hui on lance un message clair aux gouvernements : il n’y a pas plus d’acceptabilité sociale pour le gazoduc GNL que pour le pipeline d’Énergie Est. »  

Dominic Champagne, du Pacte pour la Transition : «Ce projet vise à liquéfier du gaz, du gaz de moins en moins naturel, issu à 80 % de la fracturation, en utilisant notre énergie propre. Tout ça au détriment du territoire qu’on habite et au profit d’entreprises multinationales dont GNL Québec n’est que le paravent. On a mieux à faire que de s’enfoncer dans les énergies sales. Dans l’urgence climatique où on se trouve, ce projet-là ne tient pas la route. C’est aux Québécoi.se.s de décider de l’usage qui est fait de leur territoire et de leur électricité. Pas aux Albertain.ne.s, ni aux Américain.ne.s ! »