MAGE-UQAC réclame la fin de la session

Saguenay, 26 mars 2020 — Considérant la situation actuelle de pandémie mondiale et compte tenu des mesures prises par le gouvernement du Québec et des répercussions de celles-ci, le MAGE-UQAC demande à l’UQAC de mettre fin à la session d’hiver 2020. De plus, le MAGE-UQAC demande à l’université d’attribuer la note « satisfaisant » aux étudiant.e.s en voie de réussite en date du 13 mars 2020 et de trouver des moyens raisonnables et équitables d’évaluer ceux et celles qui n’étaient pas en situation réussite à ce moment.


Tout d’abord, le MAGE-UQAC tient à féliciter l’UQAC pour sa réponse équitable à la suite de l’annonce de la fermeture de ses établissements. Le fait de demander aux professeur.e.s et chargé.e.s de cours de suspendre toute activité d’enseignement et toute remise de travaux, et ce, jusqu’au 13 avril était une bonne décision dans les circonstances. Toutefois, plusieurs questions demeurent sans réponses de la part de l’université et nos membres sont inquiets.


« Depuis la semaine dernière, nous avons reçu plusieurs dizaines de messages d’étudiants et d’étudiantes membres qui ont des craintes, affirme Camille Bellefeuille, vice-présidente aux affaires étudiantes du MAGE-UQAC. À ceux-là s’ajoutent les centaines de messages et commentaires que les étudiant.e.s publient sur les réseaux sociaux, notamment sur la page Facebook de l’UQAC. Plusieurs sont actuellement sans revenus en ce moment, car ils.elles ont perdu leur emploi. Le manque d’information sur la suite de leur parcours universitaire ajoute un stress supplémentaire, en plus du stress financier ainsi que de tous les autres éléments stressants qui accompagnent la crise de la COVID19. »


Le MAGE-UQAC suit avec attention la situation universitaire au Québec et tient à applaudir les décisions prises par deux autres universités en région, soit l’UQAR et l’UQO. L’UQO a récemment mis en place des démarches pour permettre la fin officielle de la session d’hiver 2020, l’octroi de la note « satisfaisant » (« S ») aux étudiant.e.s en situation de réussite et la mise sur pied de mesure d’évaluation pour les étudiants n’étant pas dans cette situation. De plus, l’UQO ne donnera pas de mention d’échec aux étudiant.e.s désirant abandonner un cours, mais plutôt la note « incomplet », afin d’assurer l’équité et de ne pas entacher leur dossier scolaire.


« Nous reconnaissons que l’UQAC fait de son mieux pour s’assurer la réussite académique de ces étudiants et étudiantes, dit Fabien Poirier, président du MAGE-UQAC. Toutefois, dans la présente situation, c’est la santé mentale de nos étudiant.e.s qui prime sur la session universitaire. C’est pourquoi nous demandons à l’UQAC de suivre l’exemple de l’UQAR et de l’UQO en prononçant dès que possible la fin de la session d’hiver 2020. Notre exécutif croit que le modèle proposé par l’UQO est approprié dans la situation et nous sommes prêt.e.s à collaborer avec l’UQAC afin de trouver des solutions réfléchies et équitables pour tou.te.s les étudiant.e.s. »


En plus des décisions de l’UQO et de l’UQAR, le MAGE-UQAC fait cette demande à l’UQAC en s’alignant sur la pétition qui circule présentement en ligne, demandant au ministre Roberge la « Suspension de la session et reconnaissance des crédits sans note finale ». Cette pétition a présentement 90 000 signataires, amassées en moins d’une semaine. Le MAGE-UQAC appuie cette pétition et incite l’ensemble de la population à la signer.