MAGE-UQAC maintient ses revendications en faveur de la fin de la session

Le MAGE-UQAC et l’UQAC ont conjointement annoncés en ce 27 mars la mise sur pied d’un fonds d’entraide pour les étudiant.e.s de l’université totalisant une somme de 300 000$ (250 000$ provenant de l’Université et 50 000$ du MAGE-UQAC).

Par Jean-Simon Gagné-Nepton

Fabien Poirier, président de l’association étudiante, explique que ce fonds servira à pallier le manque à gagner monétaire de nombreux étudiants qui ont perdu leur emploi et qui ne peuvent plus payer pour leur logement, nourriture et autres besoins essentiels.

Malgré cette annonce d’un fonds d’entraide, M. Poirier assure que les revendications du MAGE-UQAC annoncés plus tôt dans la semaine pour que l’UQAC mette fin à la session hiver 2020 demeurent les mêmes et que l’association continuera à défendre ce point devant les autorités universitaires.

M. Poirier note que la direction de l’UQAC s’est montrée collaborative pour l’établissement du fonds d’entraide. Cependant, l’association se bute à très peu de collaboration de la part de l’université lorsqu’il est question du plan de continuation des études à la session actuelle tel que mis de l’avant par l’UQAC.

Le MAGE-UQAC reproche à la direction de l’université de trop mettre d’emphase, dans le contexte actuel, sur les résultats académiques au détriment de la santé psychologique des étudiant.e.s., qui sont plusieurs à vivre de la détresse psychologique même dans des circonstances « normales », comme le révèle l’étude mise sur pied par l’Union étudiante du Québec (UEQ) au cours de la dernière année auquel le MAGE-UQAC a pris part.

Le président du MAGE-UQAC ajoute également que le départ d’un grand nombre d’étudiants internationaux (notamment français) qui sont retournés dans vers leur université d’origine en raison de la crise de la COVID-19 a eu impact direct sur l’association en réduisant le nombre d’étudiants disposés à travailler pour ses services. En effet, une grande proportion des postes au SAGE étaient occupés par des étudiants internationaux. Le MAGE-UQAC travaille actuellement à rester en contact avec ces étudiants notamment grâce à un groupe Facebook qui réunit ces derniers.